Ouvrir le menu principal
Cet article court présente un sujet plus développé dans : fluorescence.

Un pigment fluorescent est un colorant insoluble qui apparaît, à la lumière du jour ou en lumière noire, plus lumineux et plus saturé que les couleurs qui l'entourent. Ils servent dans les encres et peintures fluorescentes.

Cette propriété s'obtient par la fluorescence. Le colorant transforme en lumière visible un rayonnement électromagnétique généralement invisible et d'énergie photonique supérieure, ultraviolets, rayons X et au-delà.

Les Japonais ont fait dès de Xe siècle usage dans les laques de pigments fluorescents naturels, extraits de coquilles d'huîtres. Le sulfure de baryum a été le premier colorant fluorescent synthétique fabriqué en Europe au début du XVIIe siècle sous le nom de pierre de Bologne. Le chimiste français Théodore Sidot a obtenu en 1866 du sulfure de zinc luminescent ; cette substance a permis plus tard la fabrication d'écrans pour les examens de radiographie sous rayons X.

Les pigments fluorescents d'usage courant, commercialisés à partir de 1950 sous la marque Day-Glo (en), sont constitués d'un colorant dissous dans un polymère transparent et incolore. Ils sont en général transparents et doivent s'appliquer de préférence sur un fond blanc pour obtenir un effet maximal[1]. Les peintures fluorescentes, utilisées en décoration, la peinture de décor et à la gouache, se trouvent en jaune, orange, rouge, bleu, vert, blanc (Béguin 1990) et aussi en rose vif.

Les pigments fluorescents ne sont pas référencés au Colour Index.

L'incorporation des mêmes substances dans des fils de résine synthétique, plutôt que dans des particules, permet le tissage de textiles fluorescents, utilisés notamment dans les vêtements à haute visibilité.

Notes et référencesModifier

  1. PRV2 ; André Béguin, Dictionnaire technique de la peinture, , p. 288.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 2, Puteaux, EREC, , p. 320-322