Ouvrir le menu principal
Pierre-Nicolas Euler
Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Formation
Maître
Lieu de travail

Pierre-Nicolas Euler est un artiste peintre né à Lyon le et mort en 1915. Il a consacré la plus grande partie de son œuvre à la nature morte florale.

Sommaire

BiographieModifier

Pierre-Nicolas Euler est l'élève de Jean-Marie Reignier (classe de peinture de fleurs) à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon. « Montrant beaucoup de force, de fermeté, de solidité et presque de brutalité dans un genre qui souffre souvent de suavité, de minutie doucereuse, il se révèle rapidement beaucoup plus audacieux que son maître »[1]. C'est vers 1876 qu'il s'installe à Paris où il ouvre un cabinet de dessin, ne revenant à Lyon que dans les dernières années du XIXe siècle pour ne plus quasiment peindre que des fleurs : sa grande toile La saison des violettes, fleurs et fruits (113x148cm), peinte en 1898, est acquise en 1899 par le Musée des beaux-arts de Lyon.

Pierre-Nicolas Euler est sollicité par Pierre Guillot pour l'illustration de plusieurs couvertures de son prestigieux catalogue des Roses Guillot. La Maison Guillot lui manifeste sa reconnaissance en créant en 1907 une variété de roses qu'elle baptise Madame Pierre Euler[2], hommage à l'épouse de l'artiste, née Marie-Antoinette Adèle Grobon[3].

Pierre-Nicolas Euler est le père de Marie Saubiez-Euler, artiste peintre, qui a elle aussi les fleurs comme thème de prédilection, moins exclusivement toutefois puisqu'elle a également peint des paysages.

Expositions collectivesModifier

  • Salon de Lyon, à partir de 1875.
  • Salon des artistes français, Paris, 1895.
  • Peintres de fleurs de l'École lyonnaise: XIXe - XXe siècles, Musée des beaux-arts, Lyon, 1979.

Réception critiqueModifier

  • « Une assurance qui sera pour ainsi dire son image de marque: on sent un métier très habile, très virtuose, et qui finira par tourner au poncif. » - Elisabeth Hardouin-Fugier et Étienne Grafe[4]
  • « Dans ses bouquets de fleurs harmonieux, dans ses assemblages de fruits, le peintre évite la fadeur grâce à un dessin musclé soutenant une palette scintillante. » - Gérald Schurr[5]
  • « Ses toiles furent d'abord jugées "théâtrales", sa lumière "tapageuse". Puis la critique devint plus favorable, louant son originalité, sa maîtrise dans l'art de distribuer les effets de lumière et de marier ses couleurs. » - Dictionnaire Bénézit[6]

Prix et distinctionsModifier

  • Médaillé au Salon de Lyon en 1895[6].
  • Médaillé au Salon des artistes français en 1904[6].

Musées et collections publiquesModifier

RéférencesModifier

  1. Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain : Pierre-Nicolas Euler, t. 6, éditions de l'Amateur,
  2. « Les créations historiques de Guillot : Le rosier Madame Pierre Euler », sur roses-guillot.com
  3. Nathalie Ferrand, Créateurs de roses - A la conquête des marchés, Presses Universitaires de Grenoble, coll. « La pierre et l'écrit »,
  4. Elisabeth Hardouin-Fugier et Étienne Grafe, Peintres de fleurs de l'École lyonnaise: XIXe, XXe siècles, Éditions du Musée des beaux-arts de Lyon, 1979.
  5. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les éditions de l'Amateur, 1981.
  6. a b et c Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 5, page 209.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Elisabeth Hardouin-Fugier et Étienne Grafe, Peintres de fleurs de l'École lyonnaise: XIXe - XXe siècles, Éditions du Musée des beaux-arts de Lyon, 1979.
  • Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1981.
  • Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain, tome 6, Les Éditions de l'Amateur, 1985.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Elisabeth Hardouin-Fugier et Étienne Grafe, Les peintres de fleurs en France - De Redouté à Redon, Les éditions de l'Amateur, 2003.
  • Nathalie Ferrand, Créateurs de roses - A la conquête des marchés, Presses universitaires de Grenoble, 2015.

Liens externesModifier