Ouvrir le menu principal
Philippe van Artevelde
Filips van Artevelde 001.png
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Militaire, homme politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflit

Philippe van Artevelde, né en 1340, tué à la bataille de Roosebeke le , est capitaine de Gand en 1381-1382 et gouverneur de Flandre en 1382.

Sommaire

BiographieModifier

Plus jeune fils de Jacob van Artevelde, il est le filleul de Philippa de Hainaut, épouse d'Édouard III d'Angleterre, qui le tient sur les fonts baptismaux dans l'église de Saint-Jean de Gand. Grâce au nom de son père et à la mémoire de sa marraine, Philippe van Artevelde est élu en , deux ans après le début de la rébellion des bourgeois contre le comte Louis II de Flandre, commissaire des confiscations de Gand, puis le souverain capitaine de Gand, grâce à l'intervention de Pieter van den Bossche, échevin de Gand, capitaine des Chaperons Blancs, et avec le soutien de la guilde des tisserands.

À la tête d'une armée de 5 000 Gantois, il bat les 40 000 chevaliers du comte de Flandre devant Bruges le . Cette victoire lui permet de s'emparer de Bruges ; les autres villes de Flandre se soumettent alors aux Gantois. En revanche, la garnison d'Audenarde demeure fidèle au comte. Aussi, Philippe van Artevelde, autoproclamé « regart » (gouverneur) de Flandre, met le siège le 9 juin.

Quittant le siège avec des forces évaluées à 40 000 hommes pour se porter à la rencontre de l'armée du roi Charles VI de France, qui a réussi à traverser la Lys à Comines (voir Passage de Comines) et obtenu la soumission de plusieurs villes flamandes, il rejoint le village de West-Rozebeke.

C'est là qu'a lieu, le , la bataille de Roosebeke, où les milices bourgeoises flamandes subissent une cuisante défaite, perdant environ 26 000 hommes. Au cours de cette bataille, Philippe van Artevelde trouve la mort, étouffé sous le poids de ses compagnons abattus par la poussée d'un monceau de corps. Retrouvé après la bataille, son corps est présenté à Charles VI et aux seigneurs français, avant d'être pendu à un arbre.

Après sa mort, le commandement des Gantois passe à François Ackerman.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Françoise Autrand, Charles VI : la folie du roi, Paris, éditions Fayard, , 647 p. (ISBN 978-2213017037, présentation en ligne), [présentation en ligne].
  • « Artevelde, Philippe van » in John A. Wagner, Encyclopedia of the Hundred Years War, Greenwood Publishing Group, 2006, 374 pages, p. 32-33.
  • (en) David Nicholas, The Metamorphosis of a medieval city: Ghent in the Age of the Arteveldes, 1302-1390, Brill Archive, 1987, 369 pages.
  • (en) David Nicholas, The Van Arteveldes of Ghent: the varieties of vendetta and the hero in history, Brill Archive, 1988, 212 pages.
  • Léon Vanderkindere, Le Siècle des Artevelde: études sur la civilisation morale & politique de la Flandre & du Brabant, A.-N. Lebègue, 1879, 444 p., lire en ligne.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier