Payitaht: Abdülhamid

Série télévisée turque
Payitaht: Abdülhamid
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait du sultan Abdülhamid II vers la fin de sa vie.
Titre original Payitaht: Abdülhamid
Autres titres
francophones
Capitale du sultan Abdülhamid
Genre drame historique
biopic
Création Osman Bodur
Uğur Uzunok
Ali Mahmoud Al Suleiman
Production Serdar Akar
Doğan Ümit Karaca
Acteurs principaux Bülent İnal
Bahadır Yenişehirlioğlu
Özlem Conker
Selen Öztürk
Saygın Soysal
Hakan Boyav
Can Sipahi
Duygu Gürcan
Kaan Turgut
Yusuf Aytekin
Ali Nuri Türkoğlu
Pays d'origine Drapeau de la Turquie Turquie
Chaîne d'origine TRT 1
Nb. de saisons 5
Nb. d'épisodes 154
Durée 150 minutes
Diff. originale 4 juin 2021

Payitaht: Abdülhamid (en anglais : The Last Emperor), est une série télévisée historique turque produite par Serdar Akar et Doğan Ümit Karaca.

Elle représente la lutte du 34e Sultan Abdülhamid II contre les ennemis de l'Empire ottoman[1].

Alex Ritman et Mia Galuppo de The Hollywood Reporter l’ont décrit comme un « suivi » de la série télévisée précédente Filinta[2].

SynopsisModifier

La série fait suite à des événements importants qui ont marqué les 13 dernières années du règne du sultan Abdülhamid II. Il comprend une guerre qui a abouti à la victoire de l'Empire ottoman, la Guerre gréco-turque (1897). Il montre également la demande de terres de la Palestine par les juifs et le 1er Congrès sioniste. Un autre projet important que le sultan a réussi est le travail du Chemin de fer du Hedjaz. Le thème principal de la série est la lutte, une lutte jusqu’à la fin du dernier souverain qui a eu le pouvoir absolu sur l'empire.

DistributionModifier

Acteurs principauxModifier

 
Le Palais de Yıldız lieu de gouvernance d'Abdülhamid II.

Acteurs récurrentsModifier

ProductionModifier

La série est écrite Osman Bodur, Uğur Uzunok et Ali Mahmoud Al Suleiman (qui ont également écrit et produit Filinta), série qui raconte la vie Abdülhamid II, cette série est l'une des séries qui ont le plus marché en Turquie.

TournageModifier

La série est préparée pendant plusieurs mois et elle est tournée à Izmit.

Saisons et épisodesModifier

Saison Jours et horaire de diffusion Début de saison Fin de saison Nombre d'épisode Année Chaîne Audience moyenne
1. Saison Vendredi 20.00 17 2017 TRT 1 N/C
2. Saison Vendredi 20.00 37 2017-2018 TRT 1 N/C
3. Saison Vendredi 20.00 34 2018-2019 TRT 1 N/C
4. Saison Vendredi 20.00 31 2019-2020 TRT 1 N/C
5. Saison Vendredi 20.00 35 2020-2021 TRT 1 N/C

AccueilModifier

CritiquesModifier

Selon les membres du personnel de la Fondation pour la défense des démocraties, la série aurait fait la promotion d’une vision du monde antidémocratique, antisioniste et conspirationniste. Une presse libre, la laïcité et la démocratie occidentale sont l’œuvre de puissances étrangères, de minorités religieuses et de libéraux impie, et servent finalement à éroder l’identité nationale, l’honneur et la sécurité. De tous les méchants de la série, aucun n’est plus sinistre que Theodor Herzl père fondateur du sionisme[3]. Cela est démontré par la sauvegarde des Juifs par le sultan Abdülhamid II qui ont fui la Russie en raison de la discrimination et des abus largement répandus.

Ritman et Galuppo ont déclaré que la série télévisée dépeint Abdülhamid « comme un noble leader forcé de faire ce qu’il doit pour protéger l’Empire ottoman », en contradiction avec la réputation négative en Occident pour permettre les massacres hamidiens[2].

Theodor Herzl, le fondateur libéral du sionisme moderne est l’un des méchants de la série qui est dépeint comme un homme si perfide que de tenir son père sans le sou prisonnier à l’insu de sa mère en raison de prétendues différences idéologiques. La série le dépeint au Premier Congrès sioniste, le montre de manière à évoquer les amants de Sion, l’intention de créer un État juif s’étendant du Nil à l’Euphrate[3], qui est une théorie populaire du complot antisémite, même si c’est la vérité sans doute contestée. Pendant ce temps, la pièce de monnaie pour le sultan est dépeint comme un agent secret du Vatican qui aurait travaillé pour le compte de Herzl[3], même si le Vatican se serait opposé à l’établissement d’Israël. Le Washington Times a noté que cette représentation était « révisionniste à l’extrême », même si la série se dit « inspiré par des événements historiques réels »[3].

L’anti-occidentalisme présent dans le message de la série a également été remarqué[3], que la production dépeint « conspirations sionistes » comme se fondre avec les complots infâmes de l’Église catholique, la franc-maçonnerie, la Grande-Bretagne ainsi que d’autres puissances occidentales, et les Jeunes-Turcs dans « un régime global »[3]. L’émissaire du Vatican est nommé « Hiram », un nom qui est associé à la franc-maçonnerie[3].

Soutiens politiques en TurquieModifier

Le Washington Post a noté que divers acteurs de la scène politique turque semblaient approuver explicitement les messages présents dans la série[3].

En Turquie, la série a rencontré l’approbation d’un descendant d’Abdülhamid, qui a dit « l’histoire se répète ... ces étrangers qui s’immiscent maintenant appeler notre président un dictateur, tout comme ils appelaient Abdülhamid le « sultan rouge »[3],[4].

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a salué les représentations de la série à deux jours d’un référendum[3], en disant que « les mêmes régimes sont menées aujourd’hui de la même manière ... Ce que l’Occident nous fait est le même; juste l’époque et les acteurs sont différents »[3],[5].Le vice-premier ministre Numan Kurtulmuş a salué la série pour « faire la lumière » sur la vie du sultan Abdulhamid d’une « manière objective », et a donné une visite personnelle à l’ensemble[3],[6].Aykan Erdemir et Oren Kessler, écrivant pour le Washington Times, a noté que sultan Abdülhamid a fréquemment employé les mêmes slogans d’inspiration coranique que le président Erdoğan, comprenant notamment « ils ont un plan, Dieu aussi a un plan ! »[3].

Dans les BalkansModifier

Bien que les séries turque soient très populaires dans les Balkans, Payitaht : Abdülhamid a suscité une certaine controverse dans des endroits comme le Kosovo en Serbie en raison de son message et de son révisionnisme historique[7].

RéférencesModifier

  1. « Abdülhamid dizisi 24 Şubat’ta başlıyor » (consulté le )
  2. a et b Ritman, Alex et Mia Galuppo, « 'The Promise' vs. 'The Ottoman Lieutenant': Two Movies Battle Over the Armenian Genocide », sur The Hollywood Reporter, (consulté le )
  3. a b c d e f g h i j k l et m Aykan Erdemir and Oren Kessler, « A Turkish TV blockbuster reveals Erdogan's conspiratorial, anti-semitic worldview », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Şehzade Orhan Osmanoğlu: O benim dedem değil! », Turkiye Haber Merkezi,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Erdogan degerlendirdi: Dirilis mi, Payitaht mi? », Yeni Akit,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Numan Kurtulmuş, Payitaht Abdülhamid setinde », Sabah,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Turkish Series About Sultan Causes Concern in Kosovo », Balkan Insight,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externesModifier