Paul Cololian

médecin franco-arménien
Paul Cololian
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Nom de naissance
Maksoud Boghos Cololian
Nationalité
Formation
Activité
Enfant
Autres informations
Conflit
Distinction

Paul Cololian, né le à Istanbul, mort le , est un médecin franco-arménien, ancien Externe des Hôpitaux et ancien Interne des Asiles de la Seine et de l’Asile clinique de Sainte-Anne.

BiographieModifier

Issu d’une famille arménienne établie à Istanbul, Maksoud Boghos Cololian fait ses études au collège Berbérian, puis quitte l'Empire ottoman pour Paris le [1] afin d'y faire ses études de médecine. Il est d’abord externe des hôpitaux puis interne des hôpitaux psychiatriques (asiles de la Seine, Saint-Anne, infirmerie spéciale de la Préfecture de Police…) il côtoie les grands spécialistes de l’époque : Désiré-Magloire Bourneville, Valentin Magnan, Ernest Dupré[2]. Ce monde de la psychiatrie le fascine et ses principaux travaux sont d’abord consacrés à cette discipline[3]. Lors de ses premières années de Médecine, il écrit des articles de vulgarisation médicale en langue arménienne, dans le journal arménien Haïrénik. En 1898, il soutient sa thèse de doctorat « Les Alcooliques Persécutés ».

Lorsque la guerre de 1914 éclate, il s’engage[4] immédiatement comme soldat-brancardier, avant de recevoir le titre de médecin aide-major puis d’être nommé Médecin chef du centre de Physiothérapie de Versailles et de Grignon. Il y traitait les grands blessés demeurés infirmes et s’occupait de leur rééducation professionnelle. L'exemplarité de l'établissement créé, le travail et le dévouement du docteur Cololian lui valent la remise des insignes de chevalier dans l'ordre de la Légion d'honneur par le président de la République Raymond Poincaré.

Figure en vue de la communauté arménienne en France, il fonde en , l’Union des Médecins Arméniens[5] afin de permettre à des médecins venus d’Erevan d’étudier les méthodes nouvelles de la médecine française. En 1920, il fonde la Croix-Rouge Arménienne de Paris.

Durant l’entre-deux guerres, il publie des articles dans les revues médicales ou les grands quotidiens comme Le Figaro ou la célèbre revue bimensuelle de vulgarisation médicale et scientifique Guérir[6].

Il proteste lorsque est promulguée la loi du qui interdit aux médecins d’origine étrangère de continuer à exercer leur profession. Il est alors toujours Président de l’Union des Médecins Arméniens et engage ses confrères à résister[6].

Il meurt dans sa propriété de Bléneau (Yonne) en 1956.

Ses archives ont été confiées par son petit-fils, Patrick Teissier du Cros à l'Académie des Hauts Cantons en 2012.

Titres et distinctionsModifier

ŒuvreModifier

  • Les Alcooliques Persécutés, thèse de doctorat, Faculté de Médecine de Paris, 1898.
  • Troubles trophiques de la paralysie générale, Archives de Neurologie, 1898.
  • Étude sémiologique de l’agitation, Annales Médico-psychologiques, 1898.
  • L’alitement dans les maladies mentales, avec la collaboration du docteur Lalanne, 1898. Prix Baillarger de l’Académie de Médecine.
  • La toxicité du sang dans l’épilepsie, Archives de Neurologie, 1899.
  • Le traitement des psychoses, étude, 1900. Récompensé par l’Académie de Médecine.
  • Hyperesthésie corticale dans l'alcoolisme aigu, en collaboration avec Antony Rodiet, 1900.
  • Les Hallucinations psycho-motrices verbales dans l'alcoolisme, 1900.
  • Traité de thérapeutique des maladies mentales et nerveuses. Hygiène et prophylaxie, en collaboration avec Paul Garnier, Librairie J. B. Baillière et Fils, Paris, 1901.
  • La jalousie des émotifs : homicide et suicide, in Les Annales Politiques et Littéraires, N° 2486, .
  • Le progrès des sciences médico-chirurgicales depuis la dernière guerre, in Revue Montalembert, n° 275, dec.-jan. 1947-1948.


  • Mes Souvenirs, ouvrage publié à compte d'auteur, 1952.

Liens internesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Biographie du docteur P. Cololian par lui-même, tapuscrit, Archives AHC.
  2. Discours prononcé aux obsèques du docteur Paul Cololian le 13 septembre 1956 par le professeur Trémolières. Archives de l’Académie des Hauts Cantons.
  3. Deux de ses communications sont couronnées par l’Académie de Médecine : « L’alitement dans les maladies mentales » et « Études sur les Hypocondries ».
  4. Il est naturalisé français le jour de son engagement. Cf Biographie du docteur P. Cololian par lui-même, tapuscrit, Archives de l’Académie des Hauts Cantons.
  5. Aujourd'hui l'Union Médicale Arménienne de France.
  6. a b et c Biographie du docteur P. Cololian par lui-même, tapuscrit, Archives de l’Académie des Hauts Cantons.