Parc archéologique de Posillipo

musée en Italie

Le parc archéologique et environnemental de Posillipo ou de Pausilypon est une zone archéologique du quartier de Posillipo à Naples ouverte en 2009. L'accès du parc aux visiteurs se fait par la descente Coroglio 36, à travers l'impressionnante Grotta di Seiano.

Parc archéologique de Posillipo
Image dans Infobox.
Informations générales
Type
Localisation
Adresse
Coordonnées

Notes historiquesModifier

Après la bataille d’Actium (31 av. J.-C.), Vedius Pollion, équitable et libre, décida de passer ses derniers jours dans ce magnifique endroit situé entre la Gaiola et la baie de Trentaremi, Pausilypon, comme « soulagement de la douleur ». À côté de la villa, il a également construit un théâtre de 2 000 places, un odéon pour les petits spectacles, un nymphaeum et un complexe thermal [1].

Les structures de l'imposante Villa s'étendent sous la surface de la mer et sont protégées depuis 2002 par la création de l'aire marine protégée voisine du Parco Sommerso di Gaiola[2] qui couvre toute la surface marine au pied du promontoire de Trentaremi et autour des îles Gaiola.

Les restes d'autres domus romains peuvent être vus à Marechiaro, le long de la plage, ou à la Calata Ponticello, en remontant le village, où on peut voir une colonne à base ionique et une niche en brique. A l'opposé, sur la falaise, en direction de la Gaiola, se trouvent les vestiges de la Villa des Esprits, également appelée Villarosa [3]. En continuant le long de la côte, vers l'ouest, il est possible de remarquer le périmètre de la Scuola di Virgilio où l'on croyait que le « barde  » pratiquait des arts magiques.

Le parc a été rouvert au public après les travaux de restauration en 2009 pour l'événement de mai des monuments grâce également à la collaboration du Centre d'études interdisciplinaires de Gaiola. Aujourd'hui, le parc est en train d'être redécouvert progressivement par les citoyens napolitains mais aussi par les touristes étrangers grâce à la structuration de différentes visites guidées et d'ateliers pédagogiques pour les écoles gérées par le CSI Gaiola. En 2010 l'administration municipale a annoncé son intention de récupérer le système de téléphérique démantelé dans les années 1960, ce qui est la solution pour surmonter les obstacles empêchant l'accès au parc.

DescriptionModifier

Le parc offre de nombreux témoignages archéologiques, naturalistes et paysagers, se trouvant dans l'un des plus beaux endroits de la ville, le long de la côte de Posillipo.

Parmi les découvertes les plus importantes se trouvent la grotte de Seiano, le parc submergé de Gaiola, la villa impériale de Pausilypon, le théâtre de l'Odéon et le palais des Esprits.

 
L'entrée de la grotte depuis la descente de Coroglio

La grotte de SeianoModifier

La grotte de Seiano est un tunnel de 770 m de long, creusé à l'époque romaine dans le tuf de la colline de Posillipo, qui relie la plaine de Bagnoli à la vallée de Gaiola, en passant par la baie de Trentaremi.

Elle doit son nom à Lucio Elio Seiano, préfet de Tibère, qui selon la tradition, a commandé au premier siècle son agrandissement; Le premier tunnel avait été construit environ cinquante ans auparavant par l'architecte Lucio Cocceio Aucto, sur ordre de Marco Vipsanio Agrippa, afin de relier la villa de Publio Vedio Pollione et les autres villas patriciennes de Pausilypon aux ports de Puteoli et de Cumes. La galerie, orientée est-ouest, s'étend sur environ 770 mètres, avec une ligne droite mais une section variable en hauteur et en largeur; à partir du mur sud, trois passages secondaires partent, se terminant par des ouvertures en surplomb sur la baie, qui fournissent lumière et ventilation.

Tombé en désuétude et oublié au fil des siècles, il fut découvert par hasard lors des travaux d'une nouvelle route en 1841 et fut immédiatement mis en lumière et rendu viable par la volonté de Ferdinand II de Bourbon, devenant ainsi une destination touristique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il servit d'abri anti-aérien pour les habitants de Bagnoli ; les événements de la guerre et certains glissements de terrain au cours des années cinquante l'ont ramenée à un état d'abandon.


La villa impériale de Pausilypon, le théâtre et l'OdéonModifier

 
La villa impériale de Pausilypon
 
Le théâtre

Ici, dans l'enchantement de l'un des paysages les plus fascinants de la Baie de Naples, il est possible d'admirer les vestiges de l'imposant théâtre pouvant accueillir 2 000 places, de l'Odéon et de quelques salles de représentation de la villa (traces visibles de décorations murales encore visibles), dont les structures maritimes font maintenant partie du parc submergé voisin de Gaiola, dominé par les belvédères surplombant la mer du Pausilypon. La villa impériale, également appelée Villa di Pollione, a été construite au Ier siècle av. J.-C. par le chevalier romain Publius Vedio Pollione et à sa mort, survenue en l'an 15, la villa, grâce à sa position très convoitée (au milieu de la mer et avec une vue panoramique sur le reste de Naples, sur la péninsule de Sorrente, sur le Vésuve et sur Capri) devint donc la résidence impériale d’Auguste et de tous ses successeurs. La présence des conduites d’aqueduc (recouvertes en mortier hydraulique) est très intéressante, signe d’opulence supplémentaire pour ceux qui y ont séjourné. L'empereur Hadrien fut le dernier à l'habiter.

Le palais des EspritsModifier

 
Le palais des esprits vu de la mer

Le palais des esprits (ou villa des Esprits) est un complexe archéologique longeant la côte de Posillipo, près de Marechiaro. Il a été construit au Ier siècle av. J.-C. et avait appartenu à un nymphée dépendant de la villa du riche romain Vedius Pollion (à savoir la villa impériale de Pausilypon).

Pour certains, il s'agit des restes d'un murenaio, structure utilisée pour l'élevage de murènes, serpents de mer jugés délicieux, encore présents à la fin des années 1980. Les réservoirs sont submergés car le niveau de la mer a augmenté au cours des siècles, mais il est encore possible de les voir clairement aujourd'hui.

Le palais des esprits a été utilisé quotidiennement par les gamins pour leurs plongées, dangereuses, dans les réservoirs susmentionnés, se lançant également à partir du deuxième niveau de la structure.

Le parc submergé de GaiolaModifier

Les excursions en mer permettent d’admirer les vestiges de la villa impériale submergée ainsi que la richesse et la diversité de la nature marine et côtière. Le parc submergé de la Gaiola est déclaré zone marine protégée par décret interministériel de 2002[4].

NotesModifier

  1. (it)gaiola.org
  2. Parco Sommerso di Gaiola
  3. La double âme de la culture de Campanie, dans Cara Campania, Novara, De Agostini, p.  364-367, p.  367
  4. areamarinaprotettagaiola.it

BibliographieModifier

  • Mileto S. Les champs Phlégréens, Rome, Newton et Compton, 1998. (ISBN 88-8183-026-4) .
  • Rome, Enfin Pausilypon, 4 avril 2009, p. 11.
  • I.Varriale , Posillipo. Entre mythe et histoire, Naples, Valtrend, 2011.
  • A. della Ragione - Posillipo et Mergellina entre art et histoire - Naples, 2017.

Articles connexesModifier

Autres projetsModifier

Sur les autres projets Wikimedia :