Papa, maman s'ront jamais grands

Papa, maman s'ront jamais grands est un téléfilm français de 90 minutes réalisé en 2003 par Jean-Louis Bertuccelli.

SynopsisModifier

Les parents de Frank sont déficients mentaux, et pour cet enfant de onze ans, ce n'est pas facile à vivre tous les jours. Se sentant responsable d'eux, il déleste cette pression permanente en commettant des actes de vandalisme. Ses parents perdent alors sa garde et il est confié à sa tante mais l'adaptation à son nouveau foyer n'est pas aussi aisée que prévu...

Accueil critiqueModifier

Dans L’Humanité, Caroline Constant dénonce un « prêt-à-penser » et une « fiction bourrée de clichés », saluant cependant la prestation de Michèle Bernier dans le rôle de la tante[1]. Dans Le Monde, Armelle Cressard décrit « un téléfilm poignant » avec des personnages touchants[2]. La presse belge donne également des critiques positives du film, Caroline Gourdin parlant dans Le Soir d’une « histoire simple, traitée avec beaucoup de sensibilité, de douceur [qui] aborde une délicate question de société […] sans jamais se laisser aller à la sensiblerie »[3], tandis que la critique dans La Libre Belgique parle d’un « thème délicat [traité] avec délicatesse et pas mal de bon sens même si l'écueil des phrases faciles n'est pas toujours évité »[4].

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Caroline Constant, « Handicap Parents à charge Franck a onze ans. Ses parents sont déficients mentaux. Pas simple... », L'Humanité, 1er mars 2003 [ Lire en ligne ]
  2. Armelle Cressard, « Papa maman s'ront jamais grands », Le Monde, 1er mars 2003
  3. Caroline Gourdin, « France 2 Comment élever un enfant quand on souffre d'une déficience mentale ? Je suis le papa de mon papa », Le Soir, 5 mars 2003, [ Lire en ligne ]
  4. K.T., « T'as déjà vu deux gogols avec un enfant normal ? », La Libre Belgique, 5 mars 2003 [ Lire en ligne ]