Oronzio De Donno (1754 - 1806)

Oronzio De Donno
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
NaplesVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Oronzio de Donno (né à Maglie le et mort à Naples le ) est un chirurgien obstétricien italien.

BiographieModifier

Après avoir terminé ses études scientifiques dans sa ville natale, Oronzio de Donno s'est installé à Naples où, après avoir terminé ses cours de médecine, il devient chirurgien à l'Santa Maria del Popolo degli Incurabili[1],[2]. De 1778 à 1783, il traduit,annotate et publie les Éléments de l'Art de collectionner les parties de Jean-Louis Baudelocque[1].

Sur les traces de J. R. Sigault, qui en 1777 avait pratiqué les premières opérations de symphysiotomie, il pratiqué à Naples entre 1787 et 1788, avec son professeur D. Ferrara, les premières opérations avec cette nouvelle technique . Il entra dans le « bataillon sacré de la République  » (Cuoco) avec d'autres médecins des Incurabili, et lutte contre les bandes sanfédistes du cardinal Fabrizio Ruffo[1].

Il commence à écrire un deuxième ouvrage dans lequel étaient enregistrées les opérations chirurgicales et la pratique médicale et obstétrique dans les hôpitaux napolitains. Le manuscrit complet et prêt à imprimer a été perdu lors du pillage réactionnaire de ou confisqué par le Conseil d'Etat[2].

Arrêté avec son neveu Nicola et d'autres personnalités de la culture napolitaines, il est condamné à l'exil par la junte de l'Etat, se réfugie d'abord à Marseille puis à Paris[1].

Il revint à Naples après l'amnistie de 1801 mais en raison d'une certaine inimitié politique, il est forcé de se retirer à Maglie où il continue à exercer comme obstétricien. Il retourne pour la dernière fois à Naples en 1804 où il continue à écrire jusqu'en 1806. Sa mort par apoplexie le ne lui permet pas de terminer son travail ni de mener à bien son projet d'organisation d'écoles d'obstétrique dans le Royaume[2].

Oronzio De Donno a été enterré en l'église Santa Maria di Caravaggio à Naples[2]

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (it) Pier Francesco Liguori, « Oronzio De Donno, medico e patriota. », sur Nuovo Monitore Napoletano (consulté le ).
  2. a b c et d (it) Maria Aurora Tallarico, « DE DONNO, Oronzo in "Dizionario Biografico" », sur treccani.it, (consulté le ).