Octavio Meyran

Octavio Meyran est un ancien arbitre mexicain de boxe anglaise ayant dirigé plus de vingt championnats du monde dans sa carrière.

Octavio Meyran
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Activités

Il est principalement connu pour avoir arbitré le championnat du monde unifié des poids lourds entre Mike Tyson, tenant du titre, et un boxeur quasi inconnu James Buster Douglas le à Tokyo. Un combat où Tyson subit sa première défaite professionnelle par KO au 10e round et suscite une vive controverse qui mit fin à la carrière de Meyran, certains observateurs considérant que ce dernier a commis une faute en ne déclarant pas Douglas KO à la 8e reprise en évoquant un décompte trop long (14 secondes au lieu des 10 réglementaires).

Débuts et premiers championnats du mondeModifier

La carrière d'arbitre professionnel d'Octavio Meyran débute à la fin des années soixante, le . Le combat entre José Nápoles et Adolph Pruitt organisé le à Monterrey pour le compte des titres WBA et WBC des poids welters est son premier championnat du monde. Il se termine par la victoire de Napoles au second round. Meyran est ensuite l'arbitre de la victoire de Rafael Herrera le qui remporte à cette occasion la ceinture WBC vacante des poids coqs aux dépens de Rodolfo Martinez[1]. Meyran arbitrera le combat revanche entre les deux hommes, le . Le , il dirige le second combat entre José Napoles et Armando Muniz, un championnat du monde WBC des poids welters à Mexico (victoire de Napoles par décision unanime). Le , il arbitre à nouveau José Nápoles face à John H. Stracey : organisé à Mexico, ce championnat WBC des poids welters est remporté par Stracey par KO technique au 6e round[2] et est nommé surprise de l'année 1975. Napoles prend sa retraite après ce combat. Il est également l'arbitre des succès d'Alfonso Zamora, champion WBA des poids coqs, face à Eusebio Pedroza et Hong Soo-hwan en 1976.

Arbitre de premier plan dans les années 1980Modifier

En 1980, Meyran arbitre quatre championnats du monde, Le combat entre Ruben Castillo et Alexis Arguello à Tuscon en Arizona, pour le championnat du monde WBC des super-plumes, (victoire d'Arguello par KO à la 11e reprise) la revanche entre Matthew Saad Muhammad et John Conteh à Atlantic City dans le New Jersey. Ce championnat du monde WBC des poids mi-lourds est remporté par Saad Muhammad par KO technique au 4e round, au cours duquel Conteh tombe à terre cinq fois[3]. Trois mois plus tard, il officie à Londres lors du second combat entre le champion unifié WBA et WBC des poids moyens Alan Minter et Vito Antuofermo[4] et surtout lors du deuxième combat entre Sugar Ray Leonard et Roberto Duran au Superdome de la Nouvelle-Orléans le  : vaincu pour la première fois de sa carrière par Duran, Leonard s'impose à l'issue de ce championnat WBC des poids welters par KO technique au 8e round. Ce combat sera plus tard surnommé No Mas en référence aux propos tenus par Duran signifiant son souhait d'abandonner[5],[6]. Octavio Meyran arbitre ensuite Marvin Hagler, qui s'est entre-temps emparé du titre mondial unifié des poids moyens, lors de ses défenses victorieuses contre Fulgencio Obelmiljas le à Boston par KO technique au 8e round[7] et contre le boxeur syrien Mustafa Hamsho le à l'Horizon Arena de Rosemont dans l'Illinois par KO technique au 11e round[8].

Vient ensuite le combat entre Alexis Arguello et James Busceme en , à Beaumont au Texas pour le titre WBC des poids légers, (victoire d'Arguello par KO technique à la 6e reprise), le , Meyran arbitre au Madison Square Garden de New-York le combat entre Juan La Porte et le colombien Mario Miranda pour le titre WBC des poids plumes devenu vacant à la suite de la mort tragique de Salvador Sanchez. (victoire de La Porte par KO à la 10e reprise). Le Octavio Meyran dirige le combat entre Thomas Hearns et Wilfred Benitez au Superdome de la Nouvelle-Orléans pour le titre WBC des poids super-welters, Octavio Meyran inflige un point de pénalité à Hearns à la fin de la 4e reprise pour avoir frappé son adversaire deux fois derrière la tête. Benitez tombe à terre dans la 5e reprise et Hearns dans la 9e reprise. Cela n'empêche pas Hearns de l'emporter aux points par décision majoritaire. Ce combat est le dernier championnat du monde WBC à être disputé en 15 rounds[N 1].

En 1983, il arbitre trois nouveaux championnats du monde : le premier des deux combats entre Milton McCrory et Colin Jones, à Reno dans le Nevada, qui se conclut par un match nul, pour le championnat du monde WBC des poids welters, le championnat du monde WBC des super-légers entre Bruce Curry (le frère de Donald Curry) et Hidekazu Akai à Osaka au Japon, le et celui entre deux boxeurs porto-ricains Hector Camacho et Rafael Solis pour le titre WBC des super-plumes. L'année suivante, il est le 3e homme des championnats du monde WBC des poids-plumes entre Juan La Porte, champion WBC de cette catégorie depuis sa victoire contre Miranda et Wilfredo Gomez, l'homme qui a défendu 17 fois son titre WBC des super-coqs le (victoire aux points de Gomez par décision unanime)[9] et celui entre Wilfredo Gomez et Azumah Nelson le (victoire de Nelson par KO au 11e round)[10].

Deux championnats du monde WBC lui sont confiés en 1985 : celui des super-coqs à Mexico entre deux boxeurs mexicains Lupe Pintor, et Juan Meza (victoire aux points de Pintor), et celui des poids plumes entre Azumah Nelson et Pat Cowdell à Birmingham en Angleterre (victoire de Nelson par KO à la première reprise)[11]. En 1986 et 1988, Meyran dirige deux combats de Donald Curry. Le premier voit la défaite de l'américain le à Atlantic City par abandon à l'appel de la 7e reprise face au boxeur britannique d'origine jamaïcaine Lloyd Honeyghan lors du championnat du monde unifié des poids welters[12]. Ce combat est nommé surprise de l'année 1986. Le second voit la victoire de Curry lors du championnat WBC des super-welters contre Gianfranco Rosi à San Remo en Italie le [13]. Rosi tombe cinq fois dans ce combat : une fois dans le deuxième round, une autre dans le quatrième, deux fois dans le 7e et une fois dans le 8e. Il abandonne à l'appel du 10e round. Après avoir oublié d'infliger un Knock-down dans la 7e reprise à Rosi Meyran sera accusé par le journaliste Al Bernstein qui commenta ce combat pour ESPN d’être vraiment confus et de ne pas avoir le contrôle dans ce combat[14]

Arbitre du combat entre Mike Tyson et James Buster DouglasModifier

Octavio Meyran est surtout connu pour avoir été l'arbitre du championnat du monde unifié des poids lourds entre Mike Tyson, alors champion incontesté de la catégorie, et un boxeur inconnu du grand public, James Buster Douglas. Le combat a lieu à Tokyo au Japon le (le aux États-Unis). Octavio Meyran officie pour la première fois de sa carrière dans la catégorie des poids lourds. Son arbitrage controversé est à l'origine d'une grosse polémique. À seulement 4 secondes de la fin de la 8e reprise, Mike Tyson, dominé lors des précédents rounds, envoie sur un uppercut du droit son adversaire au tapis[15].

Le décompte commence et se poursuit durant 14 secondes (au lieu des dix fatidiques qui officialisent le KO). Octavio Meyran commence à compter Douglas à 2 alors que le chronométreur japonais Riichi Hirano placé au bord du ring est déjà à 4. Par ailleurs, il ne demande pas à Douglas, après qu'il se soit relevé, s'il est capable de reprendre le combat. Ce lent décompte[16] permet à Douglas de se relever et le combat se poursuit jusqu'à la 10e reprise où Tyson touché par un uppercut du droit et une série de quatre coups de Douglas va au tapis pour la première fois de sa carrière et ne se relève avec difficulté qu'après le compte de dix. Il perd alors par KO et Douglas devient le nouveau champion du monde unifié des lourds.

Polémique à l'issue du combatModifier

Ce résultat provoque la colère du promoteur américain Don King (défenseur des intérêts de Tyson) contre l'arbitrage de Meyran[17] et du président de la WBC José Sulaiman et a pour conséquence de faire capoter l'affrontement très attendu pour le titre unifié de la catégorie (programmé le au Trump Plaza d'Atlantic City), entre Mike Tyson et Evander Holyfield, alors challenger no 1 pour la WBA, la WBC et l'IBF.

Lors de la conférence de presse d'après-combat, Octavio Meyran reconnaît son erreur en avouant avoir ignoré le chronométreur et fait son compte personnel[18] Avant de déclarer deux jours plus tard dans une interview à la télévision mexicaine ne pas avoir fait d'erreur et que les règles ne disent pas que l'arbitre doit regarder le chronométreur[19]. À la suite de cette polémique, José Sulaiman déclara (selon Meyran) que ce dernier n'arbitrait plus jamais de championnats du monde, il dirigera malgré tout un championnat du monde WBO des poids mouches entre Isidro Perez et Alli Galvez, à Acapulco le [20], avant de prendre sa retraite d'arbitre le .

Déclarations postérieures d'Octavio MeyranModifier

Vingt ans après le combat, dans une interview publiée sur le site du journal mexicain la Péninsula Deportiva le , Octavio Meyran sort du silence et déclare, que pour le combat Tyson-Douglas, il aurait dû recevoir 12 000 dollars, mais qu'il n'a été payé que 2 800 dollars en raison des représailles de Don King et de José Sulaimán et que lorsqu'il est revenu à Los Angeles, Sulaiman lui a conseillé de prendre un blâme pour mauvais comptage[21].

Cinq ans plus tard, Meyran relance la controverse et soutient que cinq minutes avant le début du combat, José Sulaimán lui a tenu l'épaule et lui a dit : « Si vous voyez Tyson mal en point, soyez gentil avec lui, mais si vous voyez Douglas mal, arrêtez le combat immédiatement, ce à quoi Meyran a répondu je ne ferais jamais ça, je suis un homme honnête et je ne ferais pas ça. en réponse Sulaiman lui a dit : "OK, allez sur le ring et faites votre travail du mieux que vous pouvez. »[22]. Une version vivement démentie par le fils de Sulaimán, Mauricio, successeur de son père à la tête de la WBC à la mort de ce dernier en [23]. Meyran ajoute également que certaines personnes lui ont dit qu'ils voulaient faire annuler son billet d'avion du retour pour Mexico (en parlant de José Sulaimán et Don King) et que Sulaiman et le reste de l'équipe de la WBC ne l'ont jamais appelé à nouveau[22].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. À la suite de la mort du boxeur sud-coréen Kim Duk-koo lors d'un championnat du monde WBA des poids légers contre Ray Mancini à Las Vegas le 13 novembre 1982 et à une étude menée par ses conseillers médicaux qui a conclu que la plupart des boxeurs étaient blessés plus gravement dans les 13e, 14e et 15e reprises, la WBC décide le 1er janvier 1983 de réduire la durée de ses championnats du monde de 15 à 12 rounds. La WBA fait de même en 1987 suivie par l'IBF en 1988 ainsi que la WBO dès sa création cette même année

RéférencesModifier

  1. (en) Rafael Herrera vs. Rodolfo Martinez (boxrec.com)
  2. (en) John H Stracey vs Jose Mantequilla Napoles Official Onsite Pennant (champsuk.com)
  3. (en) Matthew Saad Muhammad vs. John Conteh (2nd meeting) (boxrec.com)
  4. (en) Alan Minter vs. Vito Antuofermo (2nd meeting) (boxrec.com)
  5. (en) No Longer About No Mas: Drath’s Documentary a Winner (boxing.com)
  6. (en) No mas : my version (thesweetscience.com)
  7. (en) Marvin Hagler vs. Fulgencio Obelmejias (1st meeting) (boxrec.com)
  8. (en) Marvin Hagler vs. Mustafa Hamsho (1st meeting) (boxrec.com)
  9. (en) Juan La Porte vs. Wilfredo Gomez (boxrec.com)
  10. (en) Wilfredo Gomez vs. Azumah Nelson (boxrec.com)
  11. (en) Azumah Nelson vs. Pat Cowdell (boxrec.com)
  12. (en) Donald Curry vs. Lloyd Honeyghan (boxrec.com)
  13. (en) Gianfranco Rosi vs. Donald Curry (boxrec.com)
  14. Donald Curry vs. Gianfranco Rosi part 3/4
  15. https://lasueur.com/mike-tyson-buster-douglas / consulté le 11 mars 2019.
  16. (en) « Referee's Count Is What Counts ».
  17. (en) Bad Intentions: The Mike Tyson Story, Peter Heller, 1995, page 373
  18. Referee's Count Is What Counts, article du journaliste du New-York Times Dave Anderson
  19. Referee Defends Disputed Long Count Over Douglas, article du Los Angeles Times du 13 février 1990
  20. La Honestidad En El Boxeo: El Mejor Referee del Mundo Parte IV, interview de Octavio Meyran accordée au journaliste mexicain Rigoberto Lopez
  21. (es) Da Meyrán su « pan » a Sulaimán : lo exhibe 20 años después del Tyson-Douglas (la Péninsula Deportiva, 24 février 2010).
  22. a et b (en) « 25 Years After the Fall: Mike Tyson, Buster Douglas and Boxing's Biggest Upset », sur bleacherreport.com.
  23. (en) Mike Tyson vs. James ‘Buster’ Douglas: An Oral History of Boxing’s Most Remarkable Upset (playboy.com, 6 janvier 2015)

Liens externesModifier