Ouvrir le menu principal
Nu gaze
Origines stylistiques Shoegazing, ethereal wave
Origines culturelles Début des années 2000, Royaume-Uni
Instruments typiques Guitare, chant, bass, batterie, claviers

Le nu gaze est un genre de rock alternatif ayant émergé dans les années 2000.

HistoireModifier

Le genre s'inspire par la scène shoegazing issue de la fin des années 1980 et du début des années 1990[1]. Un regain d'intérêt fait surface pour le shoegazing au début des années 2000 à l'arrivée de groupes comme Maps, Blonde Redhead, My Vitriol et Silversun Pickups sur les deux côtés de l'Atlantique. L'origine du nom nu gaze est créditée lors d'une entrevue effectuée en 2001 avec Som Wardner, chanteur de My Vitriol, durant laquelle il rejette l'appellation de shoegazing pour son groupe[2].

Selon un article du Oxford Student, le genre se caractérise par « des riffs de drone, des voix subdued et un mur de guitare ou synthé distordu(e) et désordonné(e)[3]. » Il est surtout lié à divers effets sonores comme le looping, les pédales à effet et les synthétiseurs pour créer des distorsions[4].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Jude Rogers, « Diamond gazers », guardian.co.uk, Londres, Guardian, (consulté le 26 juillet 2009).
  2. (en) « Paint It Back // My Vitriol ~ Finelines - GoldFlakePaint », (consulté le 7 juin 2017).
  3. (en) Katherine Travers, « Hidden Treasures: Nu-Gaze », (consulté le 7 juin 2011).
  4. (en) « Shoegaze Music Profile: Distortion, Reverb and Flange », altmusic.about.com (consulté le 7 juin 2011).