Nidhal Guiga

actrice, écrivaine et réalisatrice tunisienne

Nidhal Guiga ou Nidal Guiga, née le [1],[2], est une actrice, écrivaine et réalisatrice tunisienne.

Nidhal Guiga
Nidhal Guiga à Paris en 2016.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (49 ans)
Nom dans la langue maternelle
نضال قيقةVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Biographie modifier

Avec Tarek Ben Chaâbane, Nidhal Guiga écrit et met en scène Zéro Bis, une production d'El Teatro en 2003.

Elle joue dans le téléfilm Nadia et Sarra (en) de Moufida Tlatli pour Arte en 2004[3].

En 2006, elle écrit et met en scène Une heure et demie après moi, une production du Théâtre national tunisien, et, en 2008, Selon Gagarine, qui est également une production du Théâtre national tunisien[4],[2]. Cette même année, elle interprète aussi le rôle de Mathilde Bourguiba, première épouse du premier président de la Tunisie, Habib Bourguiba, dans Thalathoun (Trente), long métrage de Fadhel Jaziri[5]. En 2009, elle joue dans le court métrage de Souheil Ben Hamida, Al Akal Zina[6].

En 2012, elle joue dans des pièces de théâtre radiophoniques, comme Antigone et Rhinocéros[7], et tient une chronique sur Radio Tunis chaîne internationale de 2011 à 2012[4]. La même année, elle publie chez Sud Éditions son premier roman intitulé Mathilde B., une lettre imaginaire de Mathilde Bourguiba[8],[9] ; son livre reçoit le prix Zoubeida Bchir le dans la catégorie « création littéraire en langue française »[10].

Elle participe avec un texte de théâtre, Pronto Gagarine[11], au projet Dramaturgie arabe contemporaine[4]. Texte sélectionné pour qu'il soit mis en scène, en , par l'Irakien Muhaned Alhadi, il fait référence directement aux grèves de Gafsa survenues en 2008[2]. En novembre 2013, Pronto Gagarine est publié en version bilingue aux éditions Elyzad et présenté à la Friche Belle de Mai à Marseille. Cette même pièce de théâtre est sélectionnée par le festival d'Avignon en 2014[7]. Mise en voix par la metteuse en scène française Catherine Boskowitz, la pièce est enregistrée et diffusée sur les ondes de Radio France internationale, partenaire du festival[11].

En 2013, elle écrit et réalise le court métrage A Capella[12], sélectionné dans la compétition nationale de la 25e édition des Journées cinématographiques de Carthage en 2014[13].

En 2015, elle adapte La vie est un songe, une pièce du dramaturge espagnol Pedro Calderón de la Barca, en arabe tunisien ; la pièce est mise en scène par David Bobée, Aïcha M'barek et Hafiz Dhaou, et produite par l'Institut français de Tunisie et les Journées théâtrales de Carthage[14]. La même année, elle publie son troisième roman aux éditions Arabesques, Tristesse Avenue[15].

En 2017, elle réalise son deuxième court métrage, Astra[16], qui est sélectionné en compétition officielle du Festival international du film de Dubaï[17] puis qui reçoit en 2018 le Tanit de bronze aux Journées cinématographiques de Carthage[18]. Il est aussi en compétition officielle au Alexandria Short Film Festival[19]. La même année, elle joue dans le court métrage Terreur de Nawfel Saheb-Ettaba[20].

En 2020, elle réalise un film sur le thème du confinement, Silencio, produit dans un ensemble de cinq courts métrages de femmes réalisatrices[21],[22].

En 2021, son scénario de long métrage de fiction intitulé The Blue Album est sélectionné au Festival du film arabe de Malmö (en)[23].

En février 2022, Nidhal Guiga est sélectionnée à la Berlinale Talents (en)[24]. Elle est par ailleurs membre du jury aux Industry Days du Festival du film arabe de Malmö aux côtés de Fatima Al-Banawi (en) et Johan Simonsson[25].

Autres activités modifier

Docteure en linguistique et enseignante universitaire à partir de 2002[4], elle enseigne en 2021 l'adaptation et la narration à l'université[Laquelle ?][23].

Publications modifier

Notes et références modifier

  1. « Dramaturgie arabe contemporaine : les 3 pièces retenues présentées à El Teatro avant de circuler à MP13 », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le ).
  2. a b et c « Les premières à El Teatro », La Presse de Tunisie,‎ (ISSN 0330-9991, lire en ligne, consulté le ).
  3. « Nadia et Sarra » (présentation de l'œuvre), sur l'Internet Movie Database.
  4. a b c et d « Pronto Gaga de Nidhal Guiga »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur arab-dramaturgy.eu.
  5. « Trente (Thalathoun) », sur imagesfrancophones.org (consulté le ).
  6. « 10 cours pour une cause - Al Akal Zina », sur tuniscope.com, (consulté le ).
  7. a et b « RFI présente : Pronto Gagarine de la Tunisienne Nidhal Guiga », sur rfi.fr, (consulté le ).
  8. Raouf Medelgi, « Confession d'une dame de l'ombre », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Nejma Zeghidi, « Quand on oublie, il paraît qu'on permet à l'histoire de récidiver », La Presse de Tunisie,‎ (ISSN 0330-9991, lire en ligne, consulté le ).
  10. « Prix “Zoubeida Bchir” : 5 œuvres primées et un hommage à Jalila Hafsia », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le ).
  11. a et b « Pronto Gagarine de Nidhal Guiga », sur rfi.fr, (consulté le ).
  12. A Capella sur Africultures.
  13. « JCC 2014 : listes des films en compétition et des jurys », sur babnet.net, (consulté le ).
  14. Fabienne Arvers, « La vie est un songe illumine les Journées théâtrales de Carthage », Les Inrockuptibles,‎ (ISSN 0298-3788, lire en ligne, consulté le ).
  15. Brigitte Deghilage, « Présentation de Tristesse Avenue, et rencontre avec Nidhal Guiga », sur ffdesignermag.com, (consulté le ).
  16. « Astra », sur cinematunisien.com, (consulté le ).
  17. (en) « MAD Solutions at the Dubai International Film Festival with 25 Films from 20 Countries », sur deaminamagazine.it, (consulté le ).
  18. « Compétition officielle courts métrages de fiction », sur jcctunisie.org (consulté le ).
  19. (en) Nahed Nasr, « Screen progress », sur masress.com, (consulté le ).
  20. « Terreur », sur cinematunisien.com, (consulté le ).
  21. « Vivre au temps du coronavirus | Silencio, de Nidhal Guiga », sur inkyfada.com, (consulté le ).
  22. « Confi-Doc par Doc House : faires et affects en temps pandémique », La Presse de Tunisie,‎ (ISSN 0330-9991, lire en ligne, consulté le ).
  23. a et b (en) « 2021 Funding Feature Narrative Projects – 2011 (The blue album) », sur maffswe.com, (consulté le ).
  24. (en) « Nidal Guiga », sur berlinale-talents.de (consulté le ).
  25. (en) E. Nina Rothe, « Malmö closes Industry Days programme on a high note », sur mime.news, (consulté le ).

Liens externes modifier