Nat Schachner

écrivain américain
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Schachner.

Nat Schachner (Nathaniel Schachner), né le à New York et mort le , était un auteur américain.

BiographieModifier

Chimiste de formation, Schachner participa à la Première Guerre Mondiale en effectuant des recherches sur les gaz asphyxiants. Revenu à la vie civile, il fit des études de droit et devint avocat.

D'après ses propres dires, à la suite d'un pari, il écrivit une nouvelle de science-fiction qu'il envoya au magazine Amazing Stories. Il dit n'avoir jamais été amateur de ce genre littéraire, et n'avoir jamais lu auparavant de magazine de science-fiction : il fut donc surpris de voir son récit accepté. Cette première histoire publiée serait La Tour du Diable (The Tower of Evil) écrite en collaboration avec Arthur Leo Zagat (en), parue l'été 1930 dans Wonder Stories Quaterly. Schachner se prit alors au jeu, et, peu à peu, avec le succès, abandonna le barreau pour se consacrer pleinement à l'écriture.

Les onze premières histoires de Schachner ont été toutes écrites en collaboration avec Zagat. Après leur séparation, Schachner écrivit sous son propre nom de nombreuses nouvelles, ou en adoptant - plus rarement - les pseudonymes de Chan Corbett et Walter Glamis. À partir de décembre 1933, il devint un des auteurs vedettes d'Astounding stories.

À partir de 1941, Nat Schachner se prit de passion pour l'Histoire et il se consacra dès lors de plus en plus à l'écriture de récits historiques, ou à la biographies de grands personnages, notamment les Pères Fondateurs des États-Unis Ses plus grands succès sont des biographies de Thomas Jefferson, Aaron Burr et Alexander Hamilton.

Science-fictionModifier

Il écrivit des nouvelles de science-fiction de 1933 jusqu'en 1941.

En septembre 1931, la revue Wonder Stories publia un roman de Schachner et Zagat intitulé Exiles of the moon (Les Exilés de la Lune), reprenant une veine sociale et politique, en racontant l'exploitation des travailleurs par le patronat et les puissances d'argent. Les rebelles sont déportés dans des camps de concentration, et gazés (récit écrit en 1931, mais Schachner savait de quoi il parlait en matière de gaz asphyxiants). Certains travailleurs parviennent à gagner une base sur la Lune d'où ils mènent la lutte…

Un autre de ses récits, Ancestral Voices, paru dans Astounding stories en 1933, est un récit clairement antifasciste et antiraciste qui souleva polémique dans la revue où il fut publié.

Il a publié un roman de science-fiction : The Space Lawyer (1953), qui est un « fix-up » (un roman écrit à partir de nouvelles initialement parues en revue) [1] de deux nouvelles Old Fireball et Jurisdiction parues à l'origine dans Astounding en 1941, qui avaient toutes deux pour personnage principal Kerry Dale, avocat de l'espace.

En particulier, Nat Schachner était un des auteurs préférés d'Isaac Asimov.

L'invention de la psychohistoireModifier

Dans la nouvelle Beyond all Weapons, parue en décembre 1941, dans la revue Astounding stories, Nat Schachner semble bien être le créateur du concept de psychohistoire que reprendra et développera avec talent Isaac Asimov.

La nouvelle met en scène, un dictateur auquel s'oppose le héros, John Martin, professeur de psychohistoire dans l'université de la capitale : Megalon.

Dans cette nouvelle, le concept de psychohistoire est l'élément central de la narration : d'une part, règne un dictateur qui se fait appeler le Directeur, qui règne grâce à sa police, les S.S.S. (Service de la Surveillance Secrète) depuis son palais bâti sur un nid d'aigle, métaphore d'une grande transparence, d'autre part, un professeur d'histoire accusé de fomenter un complot, mais que le régime ne peut jamais prendre en flagrant délit. Or une rumeur croît, faisant état de l'arrivée d'un homme providentiel, qui viendra renverser le régime et cette rumeur se révèle le ferment d'une agitation politique croissante, rumeur que le Directeur, malgré ses méthodes de domination hypnotique des foules se révèle incapable d'éteindre… À la fin, la révolution se déclenche sur la base de cette rumeur, créée de toutes pièces par John Martin, le psychohistorien, et la diffusion de cette rumeur savamment distillée par le moyen de voyages à l'étranger, sera fondamentale dans le renversement du Directeur. La psychohistoire est née !

L'introduction de ce concept dans l'évolution politique d'une société préfigure magnifiquement celui qu'Asimov développera avec brio et talent et montre que ce concept de psychohistoire, tout comme les lois de la robotique, est une matière narrative apte à enflammer collectivement l'imaginaire des auteurs de science-fiction, un peu à la manière de ce qu'on nomme la Légende arthurienne dans un autre domaine littéraire.

BibliographieModifier

  • Exiles of the Moon (1931, Wonder Stories)
  • The Space Lawyer (1953)
  • L'Homme dissocié, J'ai lu / Jacques Sadoul, 1973 ((en) pas de titre)
    • Froid, 1973 ((en) Cold, 1940)
    • La voix des ancêtres, 1973 ((en) Ancestral Voices, 1933)
    • Tout le monde s'en fout, 1973 ((en) Words don't care, 1939)
    • La Sphère de probabilité, 1973 ((en) The Orb of Probability, 1935)
    • Intra-planétaire, 1973 ((en) Infra-universe, 1936)
    • L'arme suprême, 1973 ((en) Beyond all weapons, 1941)
    • L'homme dissocié, 1973 ((en) The Eternel Wanderer, 1937)
  • Nouvelles parues en revues : voir références ci-dessous

RéférencesModifier

Liens externesModifier