Nœud chinois

Réalisation à base de nœuds chinois.

Un nœud chinois (chinois simplifié : 中国结 ; chinois traditionnel : 中國結 ; pinyin : zhōngguó jié) est une œuvre d'art décorative faite à la main qui serait apparue il y a environ 100 000 ans en Chine et dont on trouve les premières descriptions écrites sous les dynasties des Tang (618-907) et Song (960-1279) en Chine. Il est popularisé sous les dynasties des Ming (1368-1644) et Qing (1644-1911).

De nos jours, le nœud chinois est souvent utilisé comme porte-bonheur.

Le nœud sans fin (盘长结 / 盤長結, páncháng jié), un des huit symboles auspicieux (八吉祥) dharmiques des religions indiennes, est un thème récurrent dans ces porte-bonheurs[1].

HistoireModifier

Des études archéologiques indiquent que l'art des nœuds chinois date de la Préhistoire. Des découvertes récentes ont montré des aiguilles en os vieilles de 100 000 ans qui auraient été utilisées pour créer des nœuds. En raison de la fragilité du médium, les nœuds de cette époque sont très rares. Quelques vaisselles en bronze de la période des Royaumes combattants (- 481 – - 221), sculptures sur bois bouddhistes de la période des dynasties du Nord (317-581) et peintures de la route de la soie de la dynastie des Han occidentaux (- 206 – 6) évoquent également ces nœuds[2].

En Corée du Sud, ces nœuds sont aussi présents sous le nom de « maedup » (transcription du coréen : 매듭)[3].

Notes et référencesModifier

  1. (zh) « 中国结之三回盘长结编法图解教程 », sur www.diyju.com,‎ .
  2. (en) « Does anybody know how to make various Chinese knots? », www.instructables.com (consulté le 15 marsa 2019).
  3. Kim Sang Lan, L'Art du maedup. Nœuds coréens, Éditions Fleurus, 2006, 127 p. (ISBN 9782215078166).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :