Néjia Ben Mabrouk

scénariste tunisienne
Néjia Ben Mabrouk
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation
Activités

Néjia Ben Mabrouk, née le à El Oudiane (petite localité près de Degache dans le gouvernorat de Tozeur), est une réalisatrice et scénariste tunisienne, connue pour son film La Trace (en) (arabe : السامة) et son travail pour le documentaire La Guerre du Golfe... et après ?.

Biographie modifier

Ben Mabrouk naît en 1949 et fréquente un pensionnat à Sfax. Dès sa jeunesse, elle se familiarise avec le cinéma européen et rejoint un club de cinéma local. Au sujet de son plan de carrière, Rebecca Hillauer explique[1] :

« Ben Mabrouk a tout d'abord étudié le français à l'université de Tunis, mais a dû la quitter après quelques semestres pour des raisons financières. Elle a commencé à étudier le cinéma à l'INSAS, en 1972 à Bruxelles[1]. Son éducation cinématographique s'est en grande partie construite sur le film documentaire critique[1]. Elle a ainsi écrit et réalisé le film À votre service pour son projet de fin d'études en 1976, et a ensuite travaillé en tant que stagiaire pour la RTBF[2]. »

De 1979 à 1980, Ben Mabrouk commence à écrire le scénario de son premier long métrage, La Trace (en)[3]. Si le film est terminé en 1982, un litige avec la société de production, la Société anonyme tunisienne de production et d'expansion cinématographique, retarde sa sortie jusqu'en 1988[2]. Il est néanmoins présenté dans le cadre des Journées cinématographiques de Carthage en 1982 avec une version concoctée à la hâte et presque inaudible. La Trace remporte le Prix Caligari à la Berlinale 1989[4]La Trace contient des éléments autobiographiques de Ben Mabrouk et raconte l'histoire d'un jeune femme tunisienne cherchant une éducation, qu'elle trouve finalement en s'exilant en Europe[3].

Elle écrit et réalise également une séquence d'une quinzaine de minutes intitulée À la recherche de Chaima pour le documentaire La Guerre du Golfe... et après ? (1991), enquêtant sur l'impact de la guerre sur les femmes et les enfants[2]. Elle a aussi écrit le scénario de son deuxième long métrage, intitulé Nuit à Tunis[1].

Références modifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Néjia Ben Mabrouk » (voir la liste des auteurs).
  1. a b c et d (en) Rebecca Hillauer, « Ben Mabrouk, Néjia (1949–) », dans Encyclopedia of Arab Women Filmmakers, Le Caire, American University in Cairo Press, (ISBN 9789774249433, lire en ligne), p. 379-384.
  2. a b et c (en) « Ben Mabrouk, Neija (b. 1949, El-Oudiane, Tunisia) », dans Companion Encyclopedia of Middle Eastern and North African Film, Londres, Routledge, (ISBN 9780415187039), p. 505.
  3. a et b (en) Viola Shafik, « Cultural Identity and Gender », dans Arab Cinema: History and Cultural Identity, Le Caire, American University in Cairo Press, (ISBN 9789774160653, lire en ligne), p. 204.
  4. (en) Jane Sloan, Reel Women : An International Directory of Contemporary Feature Films about Women, Lanham, Scarecrow Press, , 435 p. (ISBN 978-0-8108-5738-4).

Liens externes modifier