Le muscle plantaire.

Le muscle plantaire (musculus plantaris, anciennement muscle plantaire grêle) est un muscle accessoire inconstant appartenant à la partie superficielle de la loge postérieure de la jambe.

Il a probablement servi à nos lointains ancêtres pour se déplacer dans les arbres. Il est si peu utile que de nos jours environ 7 à 20 % de la population n'en possède pas.[1]

OrigineModifier

Au-dessus et en dedans de l'insertion du chef latéral du muscle gastrocnémien (ex- muscle jumeau externe) en dedans de la partie postéro-supérieure du condyle latéral du fémur.

TrajetModifier

Il descend sur la capsule du genou, se dirigeant en bas et en dedans pour glisser entre les muscles jumeaux et le muscle poplité puis se transformant en un long tendon, entre les muscles jumeaux et soléaire pour venir longer medialement le tendon calcanéen.

TerminaisonModifier

Sur la face postérieure du calcaneus sur le bord interne du tendon calcanéen avec lequel il est parfois fusionné.

InnervationModifier

Par le nerf tibial provenant du nerf sciatique (L4-S3).

ActionModifier

Le muscle plantaire n'a pas de rôle moteur majeur (au vu de la taille du corps réduite et du nombre de fibres musculaires faible), mais on peut penser à une protection dans les démarrages rapides, car les sprinteurs se le claquent souvent. Son très long tendon peut servir à des réparations chirurgicales du tendon calcanéen.

VascularisationModifier

Il est vascularisé par l'artère poplitée.

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. « Le corps humain, une machine incroyable - Macaulay, David », sur www.bibliotheques-clermontmetropole.eu (consulté le 24 décembre 2017)