Mur des je t'aime

mur sur le thème de l'amour à Montmartre, Paris

Mur des je t'aime
Image dans Infobox.
Le Mur des je t'aime reproduit 311 « je t'aime »
en 250 langues.
Artiste
Frédéric Baron, Claire Kito
Date
Type
Localisation
Coordonnées

Le Mur des je t'aime est une œuvre murale d'environ 40 m2 composée de 612 carreaux de lave émaillée reproduisant 311 « je t'aime » en 250 langues[1]. Des « je t’aime » dans toutes les langues courantes, mais également dans des dialectes rares ou oubliés comme le navajo, l'inuit, le bambara ou l’esperanto[2]. Réalisée par Frédéric Baron, Claire Kito et Daniel Boulogne, elle occupe un mur du square Jehan-Rictus situé place des Abbesses à Montmartre (Paris) et est accessible tous les jours[3].

Genèse de l'œuvreModifier

Frédéric Baron, artiste multicarte[4], demande tout d'abord à son frère, et plus tard à des voisins, des amis et des passants d’écrire ces mots d’amour dans leur langue et recueille de cette manière des « je t’aime » dans plus de 250 idiomes et dialectes du monde entier.

Courant 1997, il se rapproche de Claire Kito, peintre et calligraphe, responsable d'un atelier de calligraphie chinoise[4], et lui propose de participer au projet d'oeuvre murale. Ensemble, ils prospectent tout d'abord en région parisienne, puis à Paris intra muros, afin de trouver l'emplacement idéal. Au fil de ce projet destiné in fine à être réalisé sur plaques émaillées, Claire Kito assemble les différentes graphies [5].

Daniel Boulogne, quant à lui, spécialiste des murs peints, constructeur d'art et auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet parus aux éditions Gallimard[6], prend part au projet en 1998 et mène à bien la construction de l'œuvre[7], inaugurée à l'automne 2000[8].

SymboliqueModifier

La symbolique du mur est un choix personnel de l’artiste. Le mur est le plus souvent un symbole de la division et de la séparation et Frédéric Baron a souhaité ici qu’un mur puisse être aussi un support au plus beau des sentiments humains.

Les éclats de couleur rouge qui parsèment la fresque représentent quant à eux les morceaux d’un cœur brisé qui, si on les rassemble, forment un cœur parfaitement composé[9].

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. « Le Mur des je t'aime », sur www.parisinfo.com (consulté le ).
  2. « Quelques exemples des langues utilisées », sur www.allocine.fr (consulté le ).
  3. Square Jean-Rictus, sur Paris.fr.
  4. a et b « Le mur des Je t'aime », un hymne à l'amour, Jean Cormier, 28 juillet 2000, Le Parisien.
  5. « Le Mur des je t'aime », sur www.montmartre-guide.com (consulté le ).
  6. « Daniel Boulogne », sur www.gallimard.fr (consulté le ).
  7. « Le Mur des je t'aime », sur www.lesjetaime.com (consulté le ).
  8. « Historique », sur www.lesjetaime.com (consulté le ).
  9. « Le Mur des je t'aime », sur www.unjourdeplusaparis.com (consulté le ).

Voir aussiModifier

Liens externesModifier