Mouvement populaire (Maroc)

parti politique marocain

Mouvement populaire
(ar) الحركة الشعبية
(ber) ⴰⵎⵓⵙⵙⵓ ⴰⵎⴷⵏⴰⵏ
Image illustrative de l’article Mouvement populaire (Maroc)
Logotype officiel.
Présentation
Secrétaire général Mohand Laenser
Fondation 1957
par Abdelkrim El Khatib - Lougouti - Driss CHERRADI et rejoint par Mahjoubi Aherdane
Siège 66 rue Patrice Lumumba, Rabat
Presse écrite Arabe : Al Haraka
Symbole Épi[1]
Positionnement Centre droit
Idéologie Berbérisme[2]
Libéralisme économique[3]
Libéral-conservatisme
Royalisme[3]
Agrarisme[3]
Affiliation internationale Internationale libérale
Réseau libéral africain (en)
Couleurs Jaune
Site web http://www.alharaka.ma/fr/
Représentation
Représentants
28  /  395
Conseillers
12  /  120

Le Mouvement populaire (abrégé en MP, en tamazight: ⴰⵎⵓⵙⵙⵓ ⴰⵎⴷⵏⴰⵏ - Amussu Amednan) est un parti politique marocain de droite, d'idéologie amazighiste, ruraliste, et agrariste [4], créé en 1957 par Mahjoubi Aherdane.

Ce parti est libéral sur les questions économiques et conservateur sur les questions de mœurs ; il fait partie de la fédération Internationale libérale[5].

Lors du 11e congrès national tenu le , Mohand Laenser a été reconduit au poste de secrétaire général pour quatre ans supplémentaires. Lors des élections législatives de 2011, le parti a obtenu 32 sièges à la chambre basse du parlement marocain, ce qui représente une perte de 9 sièges par rapport au scrutin de 2007.

Il est membre fondateur du Réseau libéral Al Hurriya[6].

HistoriqueModifier

L'immédiat post-indépendance a vu la création du Mouvement populaire, prolongement politique légitime de la résistance et de l'Armée de libération. Cette création a servi de déclenchement au processus du pluralisme et des libertés publiques au Maroc. D'abord interdit et combattu avec acharnement par le gouvernement de l'époque, le MP a pu tenir son congrès constitutif, après la promulgation du dahir des libertés publiques du . Le militantisme du jeune parti de l'espoir qu'il suscitait lui ont permis de s'implanter rapidement à travers toutes les régions du Maroc. Malgré les différentes crises qu'il a vécu, le MP a réalisé un parcours honorable, entièrement voué, avec abnégation, dans le gouvernement comme dans l'opposition, à la défense des institutions et à l'édification d'un Maroc pluriel, démocratique et moderne. Le , le MP s'est engagé dans une nouvelle voie, celle de la réunification de ses différentes composantes, pour d'abord concilier le MP avec son histoire et ensuite constituer une force de propositions, à l'heure des grands défis.

Le , le MP annonce son adhésion à la coalition hétéroclite, l'Alliance pour la démocratie.

Lors des législatives de novembre 2011, le parti arrive sixième avec 32 sièges. Le , le bureau politique du Mouvement populaire vote à l'unanimité le ralliement au Parti de la justice et du développement — vainqueur du scrutin —, outrepassant les réticences de la frange réformatrice de la base du parti[7].

Représentation législativeModifier

Évolution du Mouvement populaire depuis sa création en 1957
Législatives 1963[n 1] 1970 1977 1984 1993 1997 2002 2007 2011 2016
Nombre de sièges 69/144 60/240 44/264 47/306 51/333 40/325 27/325 41/325 32/395 27/395
Rang 1er 2e 3e 3e 4e 4e 5e 3e 6e 5e
Participation au gouvernement oui oui oui oui oui

Représentation au sein du gouvernement marocainModifier


Dans le gouvernement El Othmani (depuis 2017) :

Ministre Portefeuille
  Saaïd Amzazi Ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (depuis 2018)
  Mohamed Laâraj Ministre de la Culture et de la Communication
  Hammou Ouhelli Secrétaire d'État auptès du Ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts chargé du Développement Rural et des Eaux et Forêts
  Fatna Lkhiyel Secrétaire d'État auprès du Ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville , chargée de l’Habitat
  Mohamed El Gharass Secrétaire d'État auprès du Ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique , chargé de la Formation professionnelle

Dans le gouvernement El Othmani II (depuis 2019) :

Ministre Portefeuille
  Saaïd Amzazi Ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique
  Nouzha Bouchareb Ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Participation dans la coalition du FDIC.

RéférencesModifier

  1. [PDF] « Arrêté du ministre de l'Intérieur no 2914-11 du 30 kaada 1432 (28 octobre 2011) fixant les symboles attribués aux listes de candidatures ou aux candidats appartenant aux partis politiques », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 5992,‎ , p. 2386-2387 (lire en ligne)
  2. « Our Campaigns - Political Party - Popular Movement (MP) », sur www.ourcampaigns.com (consulté le ).
  3. a b et c « Our Campaigns - Political Party - Popular Movement (MP) », sur www.ourcampaigns.com (consulté le ).
  4. « Qui sommes-nous », sur Mouvement Populaire Maroc - حزب الحركة الشعبية (consulté le )
  5. (en) « Full members », sur www.liberal-international.org (consulté le )
  6. (ar) « شبكة الحرية الليبرالية تطلق اجتماعها الأول من الأردن عبر منصة "زووم" | ثقافة | وكالة أنباء سرايا الإخبارية - حرية سقفها السماء », sur www.sarayanews.com (consulté le )
  7. Reda Mouhsine, « Divisé, le MP rejoint l'équipe Benkirane », Le Soir Échos,

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier