Ouvrir le menu principal

Moravagine

roman de Blaise Cendrars
(Redirigé depuis Moravagine (roman))
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moravagine (homonymie).

Moravagine
Auteur Blaise Cendrars
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Genre Roman
Éditeur Grasset
Date de parution 1926

Moravagine est un roman de Blaise Cendrars (1887-1961) publié chez Grasset en 1926, après une genèse d'une dizaine d'années. En 1956, l'écrivain a revu, corrigé et complété son roman par un « Pro domo : Comment j'ai écrit Moravagine » et une postface.

Le narrateur, Raymond la Science, présenté comme une connaissance de Blaise Cendrars (qui apparaît lui-même dans le roman), y raconte comment sa profession de médecin l'a fait rencontrer Moravagine, dernier descendant d'une lignée noble d'Europe de l'Est dégénérée. Ce fou dangereux est interné pour homicide dans la clinique de Waldensee, près de Berne. Fasciné par la personnalité de ce « grand fauve humain », le médecin aide à son évasion, et les deux hommes vivent alors à travers le monde de rocambolesques aventures qui les conduisent à côtoyer tour à tour des groupes terroristes russes ou des Indiens d'Amérique.

Moravagine est un roman axé sur le thème du double de l'auteur, voire du triple car la construction de l'œuvre est complexe. Le personnage central apparaît comme une face sombre de l'auteur dont il se débarrasse par l'écriture.

Le style du roman, très maîtrisé, contraste avec la fantaisie surprenante de son intrigue, sans que cela nuise aucunement à la qualité littéraire. Ce décalage entre forme et fond fait de Moravagine un roman tout à fait particulier.

Œuvre à la genèse difficile, Moravagine aura hanté Cendrars entre 1914 et 1925, parallèlement à de multiples autres travaux. Il y reviendra toute sa vie pour le commenter, le remanier ou l'augmenter. Dans son ultime version, il présente son livre comme définitivement inachevé puisqu'il est privé des œuvres complètes de Moravagine auquel ce roman était supposé servir de préface.

Parmi les modèles de Moravagine figurent peut-être le médecin et psychanalyste Otto Gross, ainsi qu'Adolf Wölfli (1864-1930), schizophrène d'une grande violence interné à l'asile de la Waldau, près de Berne. Auteur d'une œuvre considérable (dessin, écriture, musique), il est aujourd'hui connu comme l'un des premiers créateurs d'Art Brut découverts par Jean Dubuffet. Par ailleurs, la rapidité d'installation des troubles comportementaux de Moravagine ont probablement donné à Cendrars, qui avait commencé des études de médecine, l'idée d'une lésion organique à l'origine des désordres mentaux du personnage, laquelle fait l'objet, dans le chapitre intitulé « Le masque de fer » d'une description reprenant exactement les conclusions de l'autopsie du patient décrit en 1917 par Henri Claude et Jean Lhermitte, atteint d'une tumeur du plancher du troisième ventricule[1],[2]. D'autres modèles ont été évoqués, dont Charles-Augustin Favez, surnommé Le Vampire de Ropraz, un criminel suisse que l'écrivain Jacques Chessex imagine avoir été en contact avec Cendrars dans l'armée française pendant la Première Guerre mondiale[3].

ÉditionsModifier

  • Moravagine, Paris, Grasset, 1926.
  • Moravagine, Paris, Le Club français du livre, 1947.
  • Moravagine, Paris, Grasset, 1956. Édition revue et augmentée de « Pro domo : comment j'ai écrit Moravagine » et d'une postface.
  • Moravagine, Paris, Le Livre de Poche, 1957.
  • Moravagine, Lausanne, La Guilde du Livre, 1961 (version de 1926).
  • Moravagine, Paris, Club des Amis du Livre, avant-propos de Claude Roy, illustrations de Pierre Chaplet, 1961.
  • Moravagine, dans Œuvres complètes, t. II, Paris, Denoël, 1961.
  • Moravagine, Lausanne, Éditions Rencontre, 1969.
  • Moravagine, dans Œuvres complètes, t. IV, Paris, Le Club français du livre, 1969. Préface de Raymond Dumay.
  • Moravagine, Paris, Grasset, coll. « Les Cahiers rouges », 1983.
  • Moravagine, Paris, Denoël, coll. « Tout autour d'aujourd'hui », t. 7, 2003. Moravagine est suivi de La Fin du monde filmée par l'Ange N.-D, « Le Mystère de l'Ange Notre-Dame », et de L'Eubage. Textes présentés et annotés par Jean-Carlo Flückiger.

BibliographieModifier

  • Gaston de Pawlowski, « Blaise Cendrars, Moravagine », dans Les Annales, 20 juin 1926, p. 664–665 [lire en ligne] disponible sur Gallica
  • Flückiger, Jean-Carlo, Au cœur du texte. Essai sur Blaise Cendrars, Neuchâtel, À la Baconnière, 1977.
  • Touret, Michèle, Blaise Cendrars. Le désir du roman (1920-1930), Paris, Champion, coll. « Cahiers Blaise Cendrars », n° 6, 1999.
  • Sous le signe de Moravagine (études réunies par Jean-Carlo Flückiger et Claude Leroy), Paris-Caen, Minard-Lettres modernes, série « Blaise Cendrars », n° 6, 2006.
  • Oxana Khlopina, Moravagine de Blaise Cendrars, Bienne-Gollion/Paris, ACEL-Infolio éditions, collection Le cippe, 2012.

RéférencesModifier

  1. Claude H et Lhermitte J, « Le syndrome infundibulaire dans un cas de tumeur du troisième ventricule », La Presse médicale,‎ , p. 417-418.
  2. (en) Laurent Tatu, The missing hands of Blaise Cendrars : in: Bogousslavsky J, Hennerici MG, Bäzner H, Bassetti C (eds). Neurological disorders in famous artists - Part 3. Front Neurol Neurosci., vol. 27, Basel, Karger, , p. 143-159.
  3. Jacques Chessex, Le Vampire de Ropraz, Paris, Grasset,