Mohamed Lamari

général algérien
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Lamari.

Mohamed Lamari
Mohamed Lamari

Naissance
Alger (Algérie)
Décès (à 72 ans)
Tolga (Algérie)
Origine Drapeau : Algérie Algérie
Allégeance Algérie
Arme Armée nationale populaire
Grade Général de corps d'armée
Années de service 1961-2004
Commandement Chef d'État-Major
Conflits Guerre d'Algérie
Guerre civile algérienne

Mohamed Lamari (en arabe : محمد العماري), né le à Alger et mort le à Tolga en Algérie, est un général algérien.

Il est le chef d'État-Major de l'Armée nationale populaire de 1993 à 2004.

BiographieModifier

Sa famille est originaire de Bordj Ben Azzouz, près de Biskra. Ancien officier dans l'armée française, il déserte en 1961 pour rejoindre l'Armée de libération nationale, un an avant l'indépendance.

En janvier 1992, Lamari, alors commandant de l'armée de terre fait partie, comme la plupart des chefs militaires, des Janviéristes. Ces militaires contraignent le président Chadli Bendjedid à la démission et annulent les premières élections législatives libres du pays[1].

Il est nommé chef d’État-Major de l'Armée nationale populaire en 1993 et commande l'armée pendant la guerre civile algérienne qui fait entre 100 000 et 200 000 morts[1].

Après la réélection d'Abdelaziz Bouteflika à la présidence en avril 2004, Lamari est mis à l'écart. En août 2004, Lamari est démissionné « pour raison de santé » de son poste de chef d'État-major par le président Bouteflika est remplacé par Ahmed Gaïd Salah, commandant de l'armée de terre[1].

Lamari meurt le 13 février 2012 à l'hôpital Mohamed-Ziouchi de Tolga, dans la wilaya de Biskra[2].

FonctionsModifier

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier