Mobilité résidentielle

La mobilité résidentielle désigne le changement de lieu de résidence d'un foyer. En ce sens, c'est un trait particulier de la mobilité spatiale, dont les parcours résidentiels et les motifs des habitants à déménager peuvent être analysés à différentes échelles spatiales[1].

L'exode rural, la néo-ruralité, la gentrification ou encore l'héliotropisme, par exemple, impliquent ce type de mobilité.

Notes et référencesModifier

  1. Pierre Cliche, Espace social et mobilité résidentielle, Presses Université Laval, , p. 37-38.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Donzeau N. et Pan Ké Shon J.-L., La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses, Paris, INED, documents de travail, n° 159, 2009, 43 p.
  • Lévy Jean-Pierre, « Dynamique du peuplement résidentiel » in : Sociétés contemporaines, n°29, 1998, p. 43-72. DOI : 10.3406/socco.1998.1841 (Lire en ligne).

Articles connexesModifier