Mishima-taisha

bâtiment de Shizuoka, au Japon

Le Mishima-taisha (三嶋大社?) est un sanctuaire shinto situé dans la ville de Mishima, préfecture de Shizuoka au Japon. C'est l'ichi-no-miya de l'ancienne province d'Izu. Le principal matsuri (festival) du sanctuaire se tient tous les ans le et comprend des représentations de yabusame[1].

Mishima-taisha
Image dans Infobox.
Nom originel
三嶋大社Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom en kanas
みしまたいしゃVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Localité
Aire protégée
Izu Peninsula Geopark (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Culte
Type
Taisha (d), Ichi-no-miya, Mishima shrine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Dédié à
Ōhoyamatsumi, Kotoshironushi (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Architecture
Style
Histoire
Patrimonialité
Bien culturel important (Honden, Heiden et Haiden)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Kami vénéréModifier

Le principal kami du Mishima-taisha est Mishima Daimyōjin (三嶋大明神?), un amalgame de Ōyamatsu-no-mikoto (大山祇命?) et de sa consort Tsumihayae Kotoshironushi no kami (積羽八重事代主神?)

Le Mishima-taisha possède également de nombreux petits sanctuaires secondaires consacrés à divers kamis.

Bâtiment notableModifier

Le honden, bâtiment de trois baies de style nagare-zukuri, a été reconstruit de nombreuses fois dans l'histoire du sanctuaire. L'actuel bâtiment date de 1866, après sa reconstruction à la suite de la destruction du sanctuaire par le grand séisme d'Ansei de 1854. Il est répertorié comme bien culturel important national.

Biens culturelsModifier

Le Mishima-taisha possède un petit musée dont l'objet le plus précieux est une boîte en bois en laque japonaise avec décoration maki-e. La boîte, qui contient de nombreux ustensiles et articles utilisés pour les produits cosmétiques des femmes au cours de l'époque de Heian, a été donnée au sanctuaire par Hōjō Masako. Elle est classée trésor national[2].

En plus de son honden, le Mishima-taisha dispose également de quatre autres éléments enregistrés comme biens culturels importants nationaux :

Par ailleurs, un olivier odorant âgé de 1 200 ans situé dans l'enceinte du sanctuaire est protégé en tant que « monument naturel ».

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Herbe Plutschow, Matsuri: The Festivals of Japan, p. 173.
  2. Joe Earle, Splendors of Imperial Japan.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier