Ouvrir le menu principal

Ministère de la Culture et de l'Orientation islamique (Iran)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ministère de la culture.

Le Ministère de la Culture et de l'Orientation islamique est un ministère du gouvernement d'Iran qui régit l'application de la religion musulmane sur le territoire national.

Sommaire

HistoireModifier

Après la révolution iranienne de 1979, le ministère de la Culture et de l'Orientation islamique succède au ministère de la Culture. Au début des années 1980, le ministre de la culture Mohammad Khatami souhaite appliquer une politique d'ouverture culturelle, mais il est écarté et la droite traditionnelle durcit la politique culturelle du pays[1].

En 1992, le ministère de la Culture et de l'Orientation islamique met en place le cadre de la censure cinématographique en Iran[2].

En juin 2009, le ministère confirme par les autorités iarniennes l'arrestation d'un journaliste de nationalité grecque et travaillant pour le Washington Times[3].

En mai 2012, Reporters sans frontières qualifie le ministère de la culture et de l'Orientation islamique de « lieu d'interrogatoire pour les journalistes » et d'« organe de censure »[4].

En juillet 2016, le ministère annonce la fermeture de l'hebdomadaire ultra-conservateur Yalasarat après que celui-ci ait publié des propos injurieux envers des célébrités du cinéma iranien pour souligner leur manque de respect envers l'Islam[5].

MissionsModifier

Le ministère de la Culture et de l'Orientation islamique est chargé d'autoriser ou non les productions culturelles en Iran[6]. Il est chargé d'accorder une licence aux films nationaux et étrangers souhaitant être exploités sur le territoire[1].

RéférencesModifier

  1. a et b Axel Scoffier, « Les paradoxes du cinéma iranien », sur Inaglobal.fr,
  2. Hormuz Kéy, Le cinéma iranien: l'image d'une société en bouillonnement : de La vache au Goût de la cerise, Karthala éditions, (ISBN 9782865379613)
  3. « Un journaliste étranger arrêté en Iran », sur Parismatch.com,
  4. « Le ministère de la Culture et l’Orientation islamique, lieu d’interrogatoire pour les journalistes », sur Rsf.org,
  5. « En Iran, un hebdomadaire ultraconservateur fermé pour avoir utilisé des mots « obscènes » », sur Lemonde.fr,
  6. Jean Morel, « À la découverte de la musique iranienne interdite », sur Nova.fr,

Voir aussiModifier