Minimalisme (livre)

Minimalisme
Auteur Ryan Nicodemus

Joshua Fields Millburn

Pays états-unis
Genre Développement Personnel
Version originale
Langue Anglais
Titre Minimalism : Live a Meaningful Life
Éditeur Asymmetrical Press
Date de parution 2011
Version française
Traducteur Elise Peylet
Éditeur J'ai Lu
Date de parution
Nombre de pages 179
ISBN 978-2-290-25728-9

Minimalisme (titre original Minimalism : Live a Meaningful Life) est un livre de développement personnel publié en 2011 et écrit par Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus.

RésuméModifier

Le livre propose des méthodes pour un style de vie alternatif axé autour de la philosophie du minimalisme.

Il commence par le résumé de la vie des auteurs, de leur ascension sociale et financière, la réalisation de leur mal-être et le moment où le style de vie minimaliste s'impose à eux[1].

Le document continue par une méthode détaillée pour atteindre le bonheur, le rêve américain, en triant ses affaires, analysant ce qui compte réellement pour soi, etc[2]... A cela un parallèle est fait avec les bien-faits réels sur la santé et le quotidien (moins de stress, une meilleure attention à sa santé...)[3].

Cependant, l'idée des auteurs n'est pas de faire du minimalisme strict, mais de limiter les objets qui nous entourent en fonction d'un critère particulier: "est-ce que cet objet est important à mon existence?". Ainsi, les objets portant une signification sentimentale, mais qui sont inutiles, ne sont pas automatiquement mis à la déchetterie[4].

Pour renforcer leur idée, les auteurs parlent des bienfaits du minimalisme au quotidien sous le prisme économique (moins de dettes, moins de dépenses) et le prisme écologique (moins d'objets signifie moins de déchets; plus d'argent signifie entre autres investir dans une meilleure isolation thermique de la maison, des moyens de locomotion moins polluants, une alimentation de meilleure qualité).

CritiquesModifier

Le livre, comme leur blog, reçoit un accueil positif du public et des médias, dont le Time ou encore USA Today. Du côté européen, cette non-fiction est vue, à la suite des confinements sanitaires et de la dégradation de l'environnement, comme la description du mode de vie du futur (proche) par les médias régionaux (Dauphiné Libéré ou la Dépêche en France[5],[6]) et nationaux (Le Temps en Suisse).

Du fait de la souplesse de la méthode proposée par les auteurs, le titre du livre (ainsi que toute la méthode) est accusé d'abus de langage, car ce qui est proposé est trop éloigné de la philosophie du minimalisme.

NotesModifier

Bien que Les Minimalistes (le surnom des auteurs) jouissaient d'une réputation favorable grandissante avant la publication de leur livre grâce à leur blog, Minimalisme confirme leurs succès dans les médias.

Le livre est considéré comme un best-seller du développement personnel avant celui de La Magie du rangement de Marie Kondo publié en 2014 au USA.

Le livre est le document de base de la présentation TEDxWhitefish A rich life with less stuff du 18 avril 2014.

RéférencesModifier

  1. (en-US) Taryn Plumb Globe Correspondent et December 19, « Like Henry David Thoreau, but with Wi-Fi - The Boston Globe », sur BostonGlobe.com, (consulté le )
  2. (en-US) Benjamin Steele, « Minimalists turn away from objects, toward relationships », sur The Daily Universe, (consulté le )
  3. Marie-Pierre Genecand, « Minimalisme, les cinq piliers pour y arriver », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  4. (en) Michael Posner, « Does a less-is-more life bring happiness? », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. V.M.M., « Société. Le minimalisme, ou comment vivre mieux avec moins », sur www.ledauphine.com, (consulté le )
  6. « Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus : qui sont les stars du minimalisme ? », sur ladepeche.fr, (consulté le )