Ouvrir le menu principal
Marian Le Cappellain
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
UniversitaireVoir et modifier les données sur Wikidata

Marian Le Cappellain (1851-1923) était un enseignante anglo-normande qui établit un des premiers lycées pour l'éducation des filles au Costa Rica.

BiographieModifier

Marian Le Cappellain est né en 1851 au Jersey[1]. Elle étudia à Guernesey[2], puis elle alla en Angleterre pour continuer sa formation en lettres classiques à York[3].

En 1872, elle part avec sa sœur, Ada, au Costa Rica pour travailler comme gouvernante au service du docteur José María Montealegre, ancien président du pays, après avoir quitté un poste similaire pour Rafael Zaldívar, un homme politique Salvadorien qui allait plus tard devenir le président d'El Salvador.

Marian et sa sœur fondèrent d'abord une école privée, et donnèrent des cours d'Anglais à San José, jusqu'en 1886, date à laquelle Marian retourna en Europe.  

Sa sœur épousa le Costaricien Mauro Fernández Acuña, Ministre de l'Éducation dès 1885, et qui offrit à Marian en 1888 un contrat avec l'État du Costa Rica pour créer un établissement d'éducation pour filles appelé en espagnol Colegio Superior de Señoritas[4]. À son retour, elle travailla dans l'organisation de l'institution, y compris le recrutement des enseignants, la conception des cours et même de l'enseignement en Anglais et des classes de science. Elle conçu une organisation ouverte par le mérite à toutes les classes sociales, les races, les religions et ajouta plus tard une école maternelle annexe à l'école secondaire.

En 1913, elle participa de l'initiative nationale La Gota de Leche basée sur des actions similaires à celui de La Goutte de lait en France, qui visa à fournir du lait aux enfants défavorisés ainsi que l'éducation aux mères sur l'importance d'une bonne nutrition et la promotion de l'allaitement maternel.

Finalment, après avoir diriger pendant 20 ans le Colegio Superior de Señoritas, Marian Le Cappellain quitta le Costa Rica en 1908 pour des raisons de santé et retourna en Europe. Elle mourut à Paris en 1923.

Ses dépouilles furent ramenées au Costa Rica, au Cimetière Général de San José[5].

RéférencesModifier

  1. (es) Marta Castegnaro, « Día histórico: Marian Le Cappellain », La Nacion, San José, Costa Rica,‎ (lire en ligne)
  2. (es) Manuel de Jesús Alvarenga Franco et José Alberto Ramos Vargas, « Origen de la Iglesia Anglicana en Costa Rica: su Aporte al Desarrollo del Pais y a la Cultura Afro-Costarricense », sur PROLADES, Programa Latinoamericano de Estudios Sociorreligiosos (consulté le 9 août 2015), p. 19
  3. (es) Iván Molina Jiménez et Steven Palmer, Educando a Costa Rica : alfabetización popular, formación docente y género (1880–1950), San José, Costa Rica, Editorial Universidad Estatal a Distancia, (ISBN 978-9968-31-278-3, lire en ligne), p. 92
  4. (es) Eugenia Rodríguez S, « Participación Socio¬política Femenina en Costa Rica (1890 – 1952) », San José, Costa Rica, Universidad de Costa Rica (consulté le 9 août 2015)
  5. « Marian Le Cappellain », sur Find A Grave, Find A Grave (consulté le 9 août 2015)