Ouvrir le menu principal

Marc-Antoine de Lévis

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Lévis.
Marc-Antoine de Lévis
Fonction
Député de la noblesse
États généraux de 1789
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Propriétaire de
Grade militaire
Distinction

Marc-Antoine, marquis de Lévis, baron de Lugny-en-Charollois (, Lugny-lès-Charolles - , Paris) est un militaire français.

BiographieModifier

Descendant de Guy Ier de Lévis, il suit la carrière militaire. Capitaine dans le régiment de La Reine cavalerie en 1758 et colonel du régiment de Picardie en 1763, il est promu au grade de maréchal de camp en 1781 et décoré de l'ordre de Saint-Louis. En 1770, il fait reconstruire le Château de Grammont à Lugny-lès-Charolles par l'architecte bourguignon Edme Verniquet (1727-1804).

Il est élu, le , député de la noblesse aux États généraux par le bailliage de Dijon. Il vote avec la droite de la Constituante. Après la séparation de l'Assemblée constituante, il se rend à Cologne et y reste jusqu'en février 1792[1]. Son nom fut porté sur une liste d'émigrés. Cependant il revient à Lugny en temps utile et un arrêté du 13 février 1793, lève le séquestre déjà mis sur ses biens. Mais à la suite d'une loi du il est réinscrit comme émigré. Le 8 septembre il est arrêté

Le 8 septembre, le comité de surveillance le faisait arrêter, le 11 janvier 1794 il est devant le tribunal révolutionnaire. On l'envoie à Paris le 13 avril 179', il est interrogé le 27 avril, condamné à mort il est exécuté à Paris le .

Il est le gendre d'Antoine Gaspard Grimod de La Reynière, fermier général ː il épouse, le Madeleine Grimod de la Reynière Gaspard. Ils ont trois enfants ː Charles-Gabriel-Louis-Guy, mort en 1767, Antoine- Louis, mort en 1808, et Antoinette-Madeleine, mariée en 1782 au marquis de Gaudiez.

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Paul Montarlot, « Les émigrés de Saône-et-Loire », Mémoires de la Société éduenne, vol. 45,‎ , p. 37-39

Lien externeModifier