Madeleine Jacob

journaliste française
Madeleine Jacob
Defaut.svg
Biographie
Naissance
Décès
(à 88 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Madeleine Jacob, née en 1896 et décédée en 1985, est une journaliste française.

Elle est la chroniqueuse judiciaire de Libération (à ne pas confondre avec le journal Libération, fondé en 1973 par Jean-Paul Sartre, lui toujours actif de nos jours) de 1948 à 1964.

BiographieModifier

Enfance et étudesModifier

Carrière journalistiqueModifier

Entre-deux-guerre

Madeleine Jacob commence une longue carrière journalistique à Vogue, LU, L'Œuvre, Messidor, et Franc-Tireur.

Seconde Guerre mondiale
Après-guerre

Elle entre au journal Libération en 1948 et assure la couverture des multiples affaires judiciaires de l'après-guerre.

À cette occasion, l'esprit particulièrement vindicatif de ses articles lui valent beaucoup de haine et de ressentiment. Elle couvre notamment le procès de Céline, au Danemark, qui la qualifie de « muse des charniers »[1]. Selon Me Jacques Isorni, notamment avocat du maréchal Pétain, le prononcé « d'une peine de travaux forcés à perpétuité lui paraissait une indulgence coupable ».

Après la disparition de Libération, elle poursuivit sa carrière à L'Humanité, où elle couvre aussi l'actualité judiciaire. Retraitée alors qu'elle était déjà très âgée, Madeleine Jacob a continué pratiquement jusqu'à sa mort en 1985 à fréquenter le palais de Justice de Paris dont elle était devenue une figure.

Notes et référencesModifier

  1. Anne Simonin, « Céline a-t-il été bien jugé ? », L'Histoire n°453, novembre 2018, p. 36-49.

Liens externesModifier