Ouvrir le menu principal

Machine simple

dispositif mécanique élémentaire modifiant module ou direction d'une force
Tableau de schémas de machines simples apparaissant dans Cyclopaedia (1728)[1]. Les machines simples facilitaient l'analyse des machines en général.

On appelle machine simple un dispositif mécanique élémentaire permettant de transformer une force de module et de direction déterminés en une force dont le module ou la direction sont différents[2].

Selon les Anciens, il y a cinq machines simples : le levier, la poulie, le coin, le treuil et la vis sans fin. Au livre deux de ses Mécaniques, Héron d'Alexandrie a étudié chacune d'elles. La renaissance identifie une sixième : le plan incliné.

Généralement, les machines simples sont classées en six à huit types :

Le nombre varie selon qu'on distingue l'engrenage de la vis et la roue du treuil.

Avec la révolution industrielle, et les progrès de la mécanique théorique, la notion perd de son importance.

analyse moderne ; l'ancienne vue aurait combiné un levier, une roue et le plan incliné

Franz Reuleaux démontre que, fondamentalement, un levier, un treuil ou une poulie sont un seul et même dispositif mécanique (un corps en rotation autour d'un axe, subissant trois forces), de même que le coin, le plan incliné et la vis (un bloc glissant le long d'une surface). La mécanique adopte un point de vue où une machine n'est plus une combinaison de "machines simples", mais une combinaison de forces agissant sur des points reliés, qu'elle peut étudier directement (à l'aide de vecteurs, moments, etc.) sans l’intermédiaire de ces machines simples. De plus, à cette époque la mécanique ne se limite plus à la mécanique du solide : des dispositifs pneumatiques, hydrauliques, électrique etc. s'ajoutent à la palette des possibilités, tandis le solide n'est plus indéformable, il se fait élastique, ressort, etc.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Ephraim Chambers, Cyclopaedia, A Useful Dictionary of Arts and Sciences, Vol. 2, 1728, Londres, p. 528, Plate 11.
  2. (en) Akshoy Paul et Pijush Roy, Sanchayan Mukherjee, Mechanical Sciences: Engineering Mechanics and Strength of Materials, New Delhi, Prentice Hall of India, (ISBN 978-81-203-2611-8, OCLC 166755089, lire en ligne), p. 215