Maître du Retable Beaussant

peintre et enlumineur angevin du XVe siècle

Le Maître du Retable Beaussant, appelé aussi parfois Maître du Cœur d'Amour épris BNF Fr.24399, désigne par convention un enlumineur actif vers 1480 et 1490 en Anjou. Il doit ce nom à un retable aujourd'hui conservé dans la cathédrale Saint-Maurice d'Angers. Plusieurs manuscrits enluminés lui sont attribués.

Maître du Retable Beaussant
Période d'activité
Vers -Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Peintre, enlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail

Éléments biographiques et stylistiquesModifier

Très peu d'éléments sont connus sur cet artiste redécouvert dans les années 1990. Son style a été repéré pour la première fois dans un manuscrit du Livre du cœur d'Amour épris conservé à la Bibliothèque nationale de France (Fr.24399). Il est situé dans l'entourage de René d'Anjou, d'après le style de ce manuscrit très proche de l'autre manuscrit de ce texte attribué à Barthélemy d'Eyck (Bibliothèque nationale autrichienne, cod.vid.2597), mais dans un premier temps, son activité est localisée en Provence. La redécouverte d'un retable du XVe siècle dans le trésor de la cathédrale Saint-Maurice d'Angers et l'identification d'un de ses commanditaire, Pierre de Laval, qui passe la fin de sa vie à Angers, font relocaliser son activité en Anjou. Le style des miniatures et les vêtements portés par les personnages font dater ses manuscrits des années 1480[1].

Son style est marqué par une attention aux mouvements, des compositions originales et une place importante donnée aux figures ainsi qu'aux détails évocateurs[2].

Œuvres attribuéesModifier

Manuscrits et feuillets isolésModifier

 
Désir rendant hommage à Honneur, Livre du cœur d'Amour épris, BNF, Fr.24399

PanneauxModifier

 
Retable Beaussant, cathédrale d'Angers.
  • Retable Beaussant, Crucifixion, pietà et donateur, peinture sur bois, 149 × 241 cm, donné par le général Beaussant en 2004. Il était recouvert par une peinture de l'Assomption datée de 1699. Cette peinture a été dégagée lors d'une restauration pour laisser apparaître la peinture originelle, cathédrale Saint-Maurice d'Angers[13].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • François Avril, Nicole Reynaud et Dominique Cordellier (dir.), Les Enluminures du Louvre, Moyen Âge et Renaissance, Paris, Hazan - Louvre éditions, , 384 p. (ISBN 978-2-7541-0569-9), p. 201-204 (notices 102-104 par François Avril)
  • Marc-Édouard Gautier (dir.), Splendeur de l'enluminure. Le roi René et les livres, Angers/Arles, Ville d'Angers / Actes Sud, , 416 p. (ISBN 978-2-7427-8611-4), p. 304-305 (notice 28 rédigée par Rose-Marie Ferré)
  • François Avril, « La Vie de saint François illustrée », Art de l'enluminure, no 27,‎ , p. 4-65

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Avril, Reynaud et Cordellier 2011, p. 201
  2. Gautier 2009, p. 305
  3. Notice du catalogue de la BNF
  4. Notice du catalogue de la BNF
  5. Notice du ms. sur la base CCFr
  6. Notice du catalogue de la bibliothèque de Poitiers
  7. Notice du Met
  8. (en) Sandra Hindman, « Saint Anthony - Leaf from a Book of Hours », dans The Robert Lehman Collection (IV - Illuminations), New York, Metropolitan Museum of Art, (ISBN 0870998390, lire en ligne), p. 46-52 (notice 6)
  9. Catalogue de la vente Tajan
  10. Notice du Louvre
  11. Notice du Louvre
  12. Notice du Louvre
  13. Notice no PM49001919, base Palissy, ministère français de la Culture