Médiathèque André-Malraux de Strasbourg

Médiathèque André-Malraux
Image illustrative de l'article Médiathèque André-Malraux de Strasbourg
La médiathèque André-Malraux
Présentation
Coordonnées 48° 34′ 28″ nord, 7° 45′ 35″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Strasbourg
Adresse 1 Presqu’île André Malraux
67076 Strasbourg
Fondation [1]
Informations
Conservateur Arsène Ott
Gestionnaire Eurométropole de Strasbourg
Superficie SHON 18 000 m2[1]
Site web https://www.mediatheques.strasbourg.eu
Collections 160 000 documents[1]
Géolocalisation sur la carte : Strasbourg
Médiathèque André-Malraux

La médiathèque André-Malraux est une grande bibliothèque communautaire publique française, située dans la commune de Strasbourg, en région Grand Est (Alsace). Elle est la plus grande bibliothèque publique de l'est de la France.

SituationModifier

 
L'une des salles de travail de la médiathèque

La médiathèque se trouve sur la presqu'île Malraux, au bord du bassin d'Austerlitz, à proximité de la place de l’Étoile. Elle fait face au nouveau centre commercial Rivetoile inauguré en 2008. Ce nouveau quartier, appelé Fronts de Neudorf, s'inscrit dans un vaste projet d'urbanisme baptisé Deux Rives et visant à relier le secteur du Heyritz jusqu'au quartier du Port du Rhin[2].

Le bâtimentModifier

La médiathèque occupe un ancien bâtiment portuaire de l'Armement Seegmuller construit dans les années 1930 et désaffecté en 2000. Les grues de manutention ont été conservées et les autres bâtiments l'ancien Armement Seegmuller sont également en cours de réhabilitation.

Le projet de réhabilitation est l'œuvre des architectes Jean-Marc Ibos et Myrto Vitart[3]. Elle fait partie des 33 bibliothèques et médiathèques de la Ville et de l'Eurométropole de Strasbourg. Elle a été inaugurée le , par le maire PS de Strasbourg, Roland Ries. Avec ses 11 800 m2 et ses 160 000 documents répartis sur à peu près 20 km de rayonnage, elle est classée comme étant la plus grande bibliothèque publique de l'est de la France[4].

La médiathèque occupe six étages dont cinq sont ouverts au public. Par ailleurs, son fonctionnement nécessite un effectif de 120 personnes réparties dans les six étages.

Lancement du projetModifier

C'est l'ancien président de la communauté urbaine de Strasbourg UMP, Robert Grossmann, qui a lancé le projet[5] de la médiathèque. Le chantier a débuté en 2006[6], et a nécessité deux ans de travaux pour un montant total de 64,5 millions d'euros.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Les originesModifier

  • Nouvelle description de Strasbourg, contenant des détails sur tous ses édifices publics et ses curiosités.., Strasbourg, chez F. Lagier, 1836 (rééditions ultérieures)
  • Rodolphe Reuss, Le Siège de Strasbourg de 1870, conférence faite à l’Institut populaire de Versailles, avril 1902 (textes inédits publiés par Jean Rott ; suivi d'un simple témoignage, par Albert Ricklin, Strasbourg, Librairie Istra, 1971, 59 p.
  • Paul Ristelhuber, Histoire de la formation de la Bibliothèque Municipale créée à Strasbourg en 1872, Paris, Champion, 1895, 35 p.
  • Bernard Rolling, La Bibliothèque Municipale de Strasbourg sous l’Empire allemand 1872-1918, Strasbourg, Médiathèque André Malraux, 2012, 302 p.
  • Échanges de courriers publiés dans le Courrier du Bas-Rhin (fin février 1872).
  • Journal d’Alsace-Lorraine, 31 août 1905 (voir aussi le dossier 5 MW 366 conservé aux Archives municipales de Strasbourg)

Le renouveauModifier

  • Frédéric Barbier (dir.), Bibliothèques Strasbourg : origines-XXIe siècle, Paris, Éditions des Cendres ; Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, 2015, 448 p. (ISBN 978-2-85923-060-9)
  • Joseph Brauner (abbé), « Archives et bibliothèque municipales », dans Bulletin de la Ville de Strasbourg, no 1, 1935.
  • Hildegarde Chatelier, Denis Goeldel et Marc Schweyer (Équipe de recherches germaniques de l’université de Strasbourg), « La bibliothèque municipale de Strasbourg sous l’Occupation 1940-1944 » (extrait du Bulletin de la Faculté des lettres de Strasbourg, novembre 1969)
  • Georges Delahache, Alsace-Lorraine : la carte au liséré vert, Paris, Hachette, 1909, 231 p.
  • Bernard Rolling, « La bibliothèque municipale de Strasbourg », dans Bulletin des bibliothèques de France, t. 22, no 11, 1977
  • François Ritter, Catalogue des incunables et ouvrages du XVIe siècle de la bibliothèque municipale de Strasbourg, Strasbourg, Zurich, P. H. Heitz, 1948, 925 p.
  • Marius Vachon, Strasbourg. Les musées, les bibliothèques et la cathédrale. Inventaire des œuvres d’art détruites. L’Art pendant la guerre de 1870-1871, Paris, A. Quantin, 1882, 161 p.

Les collectionsModifier

  • (de) Leonhardt Baldner, Warhaffte Beschreibung und nach dem Leben Contrafaitung, aller derjenigen Vögel, so sich allhier zu Strassburg, Inn- und bey der Statt, in den 4. schiffreichen Wassern, nehren und auffhalten..., s.l., s.n., 1666, manuscrit 655, 114 feuillets + fig.
  • Rémy Casin (et al.), Trésors des Bibliothèques et Archives d'Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, coédité avec Cordial (Association de coopération régionale pour la documentation et l'information en Alsace), 2017, 456 p. (ISBN 9782809914566)
  • Olivier Deloignon (dir.), Les Maîtres des ombres et de la lumière (De Meesters van licht en schaduw), (catalogue de l’exposition présentée du 10 octobre au 10 novembre 2008 à la Bibliothèque patrimoniale Hendrik Conscience d'Anvers), Strasbourg, Médiathèque André Malraux, 2008, 115 p.
  • Marie-Paule Knoell, Lettres de Maurice de Saxe à sa sœur, la princesse de Holstein : le visage méconnu du Maréchal, Université Marc-Bloch de Strasbourg, 2005. (mémoire de maîtrise de sciences historiques)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :