Lutte burkinabè

La lutte Burkinabè (yo en san, bwi en dafing...) est un sport traditionnellement pratiqué dans la région de la Boucle du Mouhoun, au nord-ouest du Burkina Faso. Trois types de lutte sont pratiqués : la lutte traditionnelle, la lutte africaine et la lutte libre. Contrairement au Sénégal, la lutte avec frappe n'y est pas pratiquée.

La lutte traditionnelleModifier

La lutte traditionnelle est pratiquée dans la région de la Boucle du Mouhoun au Burkina Faso. Elle est organisée pendant la saison sèche, du mois d'octobre au mois d'avril. Elle possède différents noms et significations selon le village où elle est pratiquée : ouidizon ("fête du nouveau mil" en langue san)[1], fôtou…

Les combats de lutte traditionnelle ont lieu sur la place du village, les jours de marché. Les lutteurs s’affrontent par catégorie d’âge. Ils défendent leur honneur, celui de leur famille, de leur quartier ou de leur village. Dans l'arène, les griots sont présents pour galvaniser les lutteurs et les encourager à se dépasser. Ils chantent les louanges des lutteurs et sont les détenteurs de l'histoire orale des lignées familiales et du pays. C'est de cette façon que les lutteurs inscrivent leur nom dans l'histoire sportive de leur village[2].

Les meilleurs lutteurs de lutte traditionnelle évoluent en participant aux compétitions de lutte africaine au niveau national et international.

Lutte africaineModifier

Le premier championnat burkinabè de lutte africaine s'est déroulé en 1984 à Ouagadougou.

Face à la diversité des règles admises dans la sous-région ouest-africaine, les pays membres de la CEDEAO se sont regroupés dans les années 1980 afin de définir des règles communes avec l’appui de la CONFEJES. La fédération burkinabè de luttes a été créée en 1996. Un code de lutte africaine CALA a ensuite été validé à Niamey en 2008[3] par United World Wrestling.

Les combats ont lieu dans une arène de sable circulaire. Pour gagner, il faut terrasser son adversaire, le faire tomber sur le flanc ou sur les fesses, l’amener à faire trois appuis en dehors des pieds (deux genoux et une main ou deux mains et un genou) ou faire toucher sa tête au sol. Le temps réglementaire est de deux fois trois minutes séparé d'une pause d’une minute.

Le championnat national burkinabè se tient chaque année au mois d'avril.

Championnat de lutte national 2018Modifier

Catégorie confondue Vainqueur
Homme Eloi Zerbo
Femme Solange Sia
Catégorie de poids Vainqueur
-66 kg Moussa Konané
-76 kg Débé Blaise
-86 kg Drissa Zon
+86 kg Eloi Zerbo

Médailles du Burkina Faso dans les tournois internationaux de lutte africaineModifier

Année Catégorie Médaille Athlète
2013[4] -86 kg Bronze Eloi Zerbo
2017[5] -60 kg Bronze Josiane Nabi
-66 kg Argent Moussa Konané
-86 kg Argent Drissa Zon
-100 kg Bronze Eloi Zerbo
+100 kg Argent Romaric Kawané
Équipe homme Argent Moussa Konané, Débé Blaise, Drissa Zon, Eloi Zerbo, Romaric Kawané
  • Tournoi de lutte africaine de la CEDEAO (TOLAC)[6] :
Année Catégorie Médaille Athlète
2012 -100 kg Bronze Eloi Zerbo
2013 -100 kg Argent Eloi Zerbo
2017 -86 kg Argent Drissa Zon
2018[7] -86 kg Bronze Drissa Zon

Lutte libreModifier

La Lutte libre est peu développée au Burkina Faso. Il n'existe pas de championnat national de Lutte libre dans le pays.

Pour sa première participation aux Championnats d'Afrique de lutte 2019, le Burkina Faso a décroché la médaille d'argent des moins de 65 kilos avec Yvette Zié.

BibliographieModifier

  • Françoise Héritier, La Paix et la pluie. Rapports d'autorité et rapport au sacré chez les Samo, L'Homme, 1973, p. 121-138
  • Jean Célestin Ky, L’art dans la lutte traditionnelle chez les San du Burkina Faso : le gnandôrô, Afrique : Archéologie et art, 2006, p. 35-52

RéférencesModifier

  1. « Woudizon 2017 : La fête du nouveau mil à Toma a tenu son pari - leFaso.net, l'actualité au Burkina Faso », sur lefaso.net (consulté le 6 avril 2019)
  2. Jean-Célestin Ky, « L’art dans la lutte traditionnelle chez les San du Burkina Faso : le gnandôrô », Afrique : Archéologie & Arts, no 4,‎ , p. 35–52 (ISSN 1634-3123, DOI 10.4000/aaa.1259, lire en ligne, consulté le 6 avril 2019)
  3. Réglementation des compétitions sportives, Réglementation spécifique, Jeux de la francophonie, https://www.jeux.francophonie.org/sites/default/files/public/images_publiques/fichiers_associes/5_reglementation_des_viiies_jeux_de_la_francophonie-2_lutte_0.pdf
  4. « ZERBO | Jeux de la francophonie », sur www.jeux.francophonie.org (consulté le 4 avril 2019)
  5. « Jeux de la Francophonie : La lutte africaine rapporte cinq médailles au Burkina – L'Actualité du Burkina Faso 24h/24 » (consulté le 4 avril 2019)
  6. « Afrique: Lutte africaine tournois de la Cedeao - A Niamey à la fin du mois, à Dakar en mai », sur allaafrica, (consulté le 6 avril 2019)
  7. Posté par:Redaction, « Tournoi de Lutte Africaine de la CEDEAO (TOLAC) 2018: Les étalons lutteurs reviennent avec une médaille de bronze », sur 24infos.net, (consulté le 4 avril 2019)