Luis Fernández de Córdoba (1480-1526)

Don Luis Fernández de Córdoba, Duc de Sant' Angelo, IVe Comte de Cabra, IVe Vicomte de Iznájar, IIe Duc de Sessa (1480 - Rome le ) est un homme d'arme et diplomate de l'empereur Charles Quint.

Luis Fernández de Córdoba y Zúñiga
Fonction
Ambassadeur d'Espagne près le Saint-Siège (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Luis Fernández de Córdoba y ZúñigaVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Diego Fernández de Córdoba, III conde de Cabra (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Elvira Fernández de Córdoba (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

BiographieModifier

Il est le fils du IIIe Comte de Cabra et Grand d'Espagne, Diego Fernández de Córdoba et de Francisca de Zúñiga. Il se marie en 1520 à Doña Elvira de Córdoba y Figueroa, la fille et héritière de Gonzalo Fernández de Córdoba y Aguilar, Duc de Sessa et Gran capitan.

Comme son beau-père, Don Luis est élu au sein de la noblesse vénitienne[1]. Il est un militaire, candidat au poste de Capitaine-Général des forces napolitaines en 1521[2], mais aussi un diplomate malgré lui. Après la retraite de Don Juan Manuel, il est appelé par Charles Quint pour reprendre le poste d'ambassadeur impérial auprès du Saint-Siège. Signe de son peu d'enclin à cette charge, il répond à l'empereur qu'il préférait partir cent fois à la guerre sur une journée plutôt qu'avoir une audience avec le pape[3]. Il quitte son poste durant le printemps 1523 pour retourner à Sessa pour être avec sa femme très souffrante, et il y retourne de nouveau en pour la même raison. Mais celle-ci meurt et le Duc, veuf inconsolable, demande à Charles Quint de le relever de ses fonctions.

Il est reçu par Charles Quint dans l'ordre de la Toison d'or en pour son courage[4]. Il a un fils, Gonzalo.

Il meurt le à Rome des suites d'une maladie[5]. Dans son plaidoyer Antijovio, Gonzalo Jiménez de Quesada commente en des termes expressifs que Dieu a été porté « dans ses jours de la vie de don Luis Fernández de Córdoba, Duc de Sessa, ambassadeur de sa Majesté l'Empereur à Rome. […] » .

Notes et référencesModifier

  1. (en) John Shearman, « Giulio Romano and the Tomb of the Duke and Duchess of Sessa », dans Zeitschrift für Kunstgeschichte, vol. 57, , p. 364
  2. (en) Gustav Adolf Bergenroth, Calendar of Letters, Dispatches and State Letters (Spain 1509-1525), vol. II, Londres, , p. 359
  3. Gustav Adolf Bergenroth, op. cit., vol. III, p. 505.
  4. Gustav Adolf Bergenroth, op. cit., vol. III, p. 591.
  5. (es) Miguel Ángel Ochoa Brun, Historia de la Diplomacia española, vol. II, Madrid, Ministerio de Asuntos Exteriores, , 343 p., p. 174

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) John Shearman, « Giulio Romano and the Tomb of the Duke and Duchess of Sessa », dans Zeitschrift für Kunstgeschichte, vol. 57, , p. 364-372
  • (es) Miguel Ángel Ochoa Brun, Historia de la Diplomacia española, vol. II, Madrid, Ministerio de Asuntos Exteriores, , 343 p. (ISBN 9788485290888)