Luis Federico Leloir

biochimiste
Luis Federico Leloir
Luis Federico Leloir - young.jpg
Luis Federico Leloir
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Paris 16ème, France
Décès
Sépulture
Nationalités
Domicile
Formation
Faculté de médecine de l'université de Buenos Aires (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Université de Buenos Aires ( - )
Institut Leloir (en) ( - )
Université Columbia (-)
Université Washington de Saint-Louis (-)
Université de Cambridge (-)
Université de WashingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Académie américaine des sciences ()
Sociedad Española de Bioquímica y Biologia Molecular (d) ()
Royal Society ()
Académie des sciences ()
The World Academy of Sciences ()
Académie américaine des arts et des sciences
Académie nationale de médecine d'Argentine (en)
Académie pontificale des sciences
Académie argentine des lettres (en)
Société américaine de philosophieVoir et modifier les données sur Wikidata
Maîtres
Dir. de thèse
Distinctions

Luis Federico Leloir ( à Paris - à Buenos Aires, Argentine) est un biochimiste argentin. En 1970, il obtient le prix Nobel de chimie[1].

BiographieModifier

Né à Paris, fils de Federico Rufino Leloir et de Hortensia Aguirre, il suit très jeune sa mère en Argentine (son père étant décédé juste avant sa naissance) où il étudie la médecine à partir de 1924 à l'université de Buenos Aires. Il obtient son doctorat en 1932 et travaille ensuite en tant qu'assistant chercheur à l'institut de physiologie de l'université. En 1941, il devient professeur de physiologie et prend à partir de 1947 la direction de l'institut de recherche biochimique de la Fundacion Campomar.

Il est lauréat du prix Nobel de chimie en 1970 « pour la découverte des nucléotides-sucres et de leur rôle dans la biosynthèse des hydrates de carbone[1] ». Il est le premier Sud-Américain à recevoir le prix Nobel de chimie et le troisième à recevoir un prix Nobel.

Travaux scientifiquesModifier

Luis Federico Leloir commence ses recherches sur les glucides dans le métabolisme dans les années 1950. Il peut montrer que les polysaccharides, comme la chitine ou la cellulose, sont constitués de molécules élémentaires et sont synthétisés grâce à des nucléotides-sucres. Il explique la biosynthèse de ces polysaccharides et il découvre et étudie les enzymes associées. Il découvre également le premier nucléotide-ose en voie métabolique, l'Uridindiphospho-Glucose (UDP-Glucose).

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « for his discovery of sugar nucleotides and their role in the biosynthesis of carbohydrates » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1970 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 21 août 2010

Liens externesModifier