Ouvrir le menu principal
Lino Brocka
Naissance
Pilar (Sorsogon)
Philippines
Nationalité Drapeau des Philippines Philippin
Décès (à 52 ans)
Quezon City
Profession Réalisateur
Films notables Manille
Insiang

Lino Brocka est un réalisateur philippin, né le à Pilar (Sorsogon) aux Philippines, et mort le (à 52 ans) à Quezon City.

Sommaire

BiographieModifier

Après des études à l'université des Philippines, Lino Brocka se convertit à la religion mormonne en réaction au catholicisme de son pays[1] et passe deux ans, en tant que missionnaire, dans une colonie de lépreux[1] à Hawaii. De retour aux Philippines, il participe à des spectacles d'une compagnie théâtrale : il monte des pièces du répertoire contemporain (Tennessee Williams[1], Jean-Paul Sartre), mais également des spectacles reflétant les problèmes de son pays.

À l'orée des années 1970, il commence à tourner des films à petits budgets avant de créer sa propre société de production, la Cinémanila. Les films de Lino Brocka s'adressent, pour l'essentiel, à un public populaire. Toutefois, certains d'entre eux, marqués par des préoccupations sociales et politiques, apparaissent plus ambitieux. Cette alternance, délibérée, s'explique par sa volonté de « développer un grand public philippin[2] » et « d'élever le niveau du cinéma local en introduisant des changements progressifs[3] ».

Des films comme Insiang (1976) ou Bayan ko (1985) lui ouvrent les portes de la renommée en Europe.

Il meurt dans un accident de voiture en 1991 à Manille.

Le long métrage Les Nuits fauves est dédié à Lino Brocka, décédé durant la production du film[4].

FilmographieModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

SélectionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Bernard Eisenschitz, « L'insoumis de Manille », Le Monde diplomatique, mai 2013, page 27
  2. Raya Martin, in « A Tribute to Lino Brocka », catalogue de la 47e Viennale, Vienne,2009, cité dans Le Monde diplomatique, mai 2013, page 27.
  3. Lino Brocka, « Philippine movies : Some problems and prospects », Manilla Review, octobre 1974, cité dans Le Monde diplomatique, mai 2013, page 27.
  4. Source : générique du film.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier