Ouvrir le menu principal

La Lettre de Jamaïque (espagnol : Carta de Jamaica) est un texte écrit par Simón Bolívar le à Kingston, Jamaïque, en réponse à une missive de Henry Cullen où il expose les raisons ayant provoqué la chute de la Deuxième République du Venezuela dans le contexte de la guerre d'indépendance du Venezuela.

ContexteModifier

Contexte historiqueModifier

À son arrivée à Kingston en 1815, Bolívar est âgé de 32 ans. À ce moment, il sort de trois années de pleine responsabilité dans la lutte pour l'indépendance et d'une intense activité militaire depuis la publication du Manifeste de Carthagène le .

Tout d'abord, en 1813, avec la campagne Admirable, qui l'a entraîné en quelques mois à Caracas le à essayer de re-fonder de la République en 1814, celle-ci se terminant par une défaite contre les armées de José Tomás Boves.

Après cet échec, Bolívar retourne en Nouvelle-Grenade, pour tenter de rééditer l'exploit de la campagne Admirable, une action qui est rejetée par ses partisans. Se sentant incompris à Carthagène des Indes, il décide de s'exiler le en exil en Jamaïque, animé par l'idée de rejoindre le monde anglais et de le convaincre de sa coopération avec l'idée de l'indépendance de l'Amérique du Sud. Bolívar vit à Kingston de mai à décembre 1815, se consacrant à la méditation et la réflexion sur l'avenir des Amériques et le sort du Mexique, de l'Amérique centrale, de la Nouvelle-Grenade, du Venezuela, de l'Argentine, du Chili et du Pérou.

Contexte idéologiqueModifier

Vers 1800, Simón Bolívar étudie la politique et les idées de l'époque de la Révolution française. Bolívar, comme bon nombre d'autres créoles, était sensible aux théories sur le droit naturel et le contractualisme, et ces idées étaient des piliers de la gestion politique et de défense de la liberté et de l'égalité.

La lettre de Jamaïque montre clairement l'influence du siècle des Lumières et de ses grands penseurs, y compris les concepts de Montesquieu lorsque Bolívar parle du « despotisme oriental » pour définir l'Empire espagnol. Bolívar considérait Montesquieu comme son auteur favori. Par exemple, De l'esprit des lois est une œuvre à laquelle Bolívar eut recours en tant qu'assistance bibliographique au moment de définir ses positions et argumentaires sur l'avenir et le présent des peuples coloniaux de l'Amérique du Sud.

«Bolivar conçut sa propre théorie de libération nationale et, comme indiqué, ce fut une contribution aux idées des Lumières, non une imitation d'elles.» (John Lynch, Simon Bolivar: A Life, New Haven, 2006)

Bien que la lettre soit originellement destinée à Henry Cullen, il est clair que son objectif fondamental était d'attirer l'attention de la nation libérale la plus puissante du XIXe siècle, la Grande-Bretagne, afin qu'elle se décide à s'engager dans l'indépendance américaine. Cependant, lorsque les britanniques répondent finalement à l'appel de Bolívar, celui-ci préfère l'aide d'Haïti.

Le texteModifier


RéférencesModifier

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Carta de Jamaica » (voir la liste des auteurs).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :