Ouvrir le menu principal

Le Sabre de mon père est une pièce de théâtre de Roger Vitrac créée au Théâtre de Paris en 1951. La pièce n'as vraiment pas été un succès à cette époque. Roger Vitrac était très malade lors de l’accueil de la pièce par les critiques, qui sont restées très mauvaises. La pièce, une œuvre surréaliste, a déçu beaucoup de critiques même parmi les plus réceptifs au genre. Le titre n'était pas assez bien expliqué pour certain.

Sommaire

CréationModifier

CritiquesModifier

La pièce fut cependant défendue par Jean Anouilh : « Nous sommes quelques-uns du métier qui travaillons depuis l'autre guerre à étrangler l'anecdote, à tuer la notion de pièce bien faite qui a régné sur le théâtre français [...] au point de le réduire à l'état de momie. [...] La pièce est-elle bien faite ou non ? Eh bien non. Ni Colombe ni Le Sabre ne sont des pièces bien faites. Mais si les comédiens les jouent "comme des dieux", c'est qu'elles ont des personnages sinon ils ne les joueraient pas bien. [...] Et après, laissons l'architecture aux spécialistes du bâtiment. Le théâtre est un jeu de l'esprit et l'esprit peut très bien faire son miel en butinant en détail, comme l'abeille. » [1].

Cette critique fait écho à celle de Robert Kemp : « Ce Sabre, soigné dans les détails et qui, pris réplique par réplique, ne manque pas de saveur, est dans l'ensemble d'une insignifiance définitive... »[2].

Notes et référencesModifier

  1. Jean Anouilh, Opéra, 7 mars 1951
  2. Robert Kemp, Le Monde, 18 février 1951

Liens externesModifier