Ouvrir le menu principal

Le Premier tome de l'Architecture

livre de Philibert Delorme

Le Premier tome de l'Architecture
Image illustrative de l’article Le Premier tome de l'Architecture
L'Allégorie du bon architecte présentée à l'exposition Lyon Renaissance. Arts et humanisme en 2015.

Auteur Philibert de l'Orme
Genre traité d'architecture
Éditeur Fédéric Morel
Lieu de parution Paris
Date de parution 1567

Le Premier tome de l'Architecture est un traité d'architecture de Philibert de l'Orme publié chez Fédéric Morel à Paris en 1567.

De format in-folio, il contient 283 folios, à l'exception du folio 248, une épître dédicatoire et une table.

Sommaire

ContexteModifier

Après plusieurs années passées au service de Henri II et de Catherine de Médicis, Philibert De L'Orme tombe en disgrâce et perd les commandes royales. Il finit alors sa vie à écrire des traités d'architecture et notamment une somme ambitieuse dont cet ouvrage est le premier tome, mais qu'il n'aura pas le temps de poursuivre, puisqu'il meurt trois ans après sa publication.

GravuresModifier

L'ouvrage contient environ deux cents gravures dont l’Allégorie du bon architecte et l’Allégorie du mauvais architecte. Ces dernières caricaturent les architectes en insistant sur leurs organes sensoriels, attribuant trois yeux, quatre oreilles et quatre mains au bon architecte, pour mettre en valeur ses facultés de perception, et ne gravant qu'une bouche sur la tête du mauvais architecte, qui ne fait selon lui que « babiller et médire »[1].

Notes et référencesModifier

  1. Pierre-Alain Croset, « L'architecture comme modification », Chaire du professeur Luigi Snozzi,‎ conférence donnée en 1984 (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2015).

BibliographieModifier

  • A. Ceccarelli Pellegrino, Le « bon architecte » de Philibert De L’Orme. Hypotextes et anticipations, Paris/Fassano, Schena/Nizet, 1996.
  • (it) M. Morresi, Philibert de l’Orme. Le patrie della lingua, in A. Blunt, Philibert de l’Orme, Milan, Electa, 1997, p. 159-193.
  • Y. Pauwels, Philibert De L’Orme et Cesare Cesariano : le "piédestal dorique" du Premier Tome de l’Architecture, Revue de l'Art, 91, 1991, p. 39-43.
  • Y. Pauwels, Les antiques romains dans les traités de Philibert De L’Orme et Jean Bullant, Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée, 106, 1994-2, p. 531-547.
  • Y. Pauwels, Les Français à la recherche d’un langage. Les ordres hétérodoxes de Philibert De L’Orme et Pierre Lescot, Revue de l'Art, 112, 1996, p. 9-15.
  • Y. Pauwels, L’architecture au temps de la Pléiade, Paris, Monfort, 2002.
  • Y. Pauwels, Aux marges de la règle. Essai sur les ordres d’architecture à la Renaissance, Wavre, Mardaga, 2008.
  • Y. Pauwels, L’architecture et le livre en France à la Renaissance : « Une magnifique décadence » ?, Paris, Classiques Garnier, 2013, p. 123-127, 175-189, 221-238.
  • J.-M. Pérouse de Montclos, L’architecture à la française. Du milieu du XVe siècle à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Picard, 2011 (1re éd. : Paris, 1982).
  • J.-M. Pérouse de Montclos, Introduction à Philibert De l’Orme, Traités d’architecture, Paris, Laget, 1988, p. 43-44.
  • J.-M. Pérouse de Montclos, Les éditions des traités de Philibert De L’Orme au XVIIe siècle, J. Guillaume (éd.), Les traités d’architecture à la Renaissance, Paris, Picard, 1988, p. 355-366.
  • J.-M. Pérouse de Montclos, Philibert De l’Orme Architecte du roi (1514-1570), Paris, Mengès, 2000.
  • P. Potié, Philibert De L’Orme. Figures de la pensée constructive, Marseille, Parenthèses, 1996.  
  • J. Sakarovitch, Épures d’architecture, de la coupe des pierres à la géométrie descriptive, XVIe-XIXe siècles, Bâle/Boston/Berlin, Birkhäuser, 1998.