Ouvrir le menu principal

Le Journal d'Henriette
Série
Logo de la série
Logo de la série

Auteur Dupuy-Berberian
Genre(s) Humour, intimisme

Thèmes Adolescence
Personnages principaux Henriette, ses parents, son voisin
Époque de l’action contemporaine

Langue originale français
Éditeur Éditions Fluide glacial puis Les Humanoïdes Associés
Première publication 1988-2003
Nb. d’albums 7

Prépublication Fluide Glacial, 1985
Alph-Art coup de cœur, Angoulême 1989

Le Journal d'Henriette, ensuite plus simplement Henriette, est une série de bande dessinée, créée en 1985 par Dupuy-Berberian.

Sommaire

La trameModifier

Henriette est une pré-adolescente myope, de petite taille et un peu enveloppée. Ses parents sont encombrants et bien loin de la comprendre. Elle rêve d'un avenir meilleur et se confie à son journal intime, d'où le titre de la série[1].

HistoriqueModifier

Cette série paraît d'abord dans la revue Fluide Glacial à partir de 1985, sous le titre le Journal d'Henriette. Elle obtient rapidement du succès, par son humour décapant, et le côté revanchard et spontané d'Henriette[1]. L'Alph-Art coup de cœur lui est décerné en 1989 au festival d'Angoulême[2]. La série est également publiée dans le magazine Je Bouquine dans la seconde moitié des années 90.

PublicationModifier

AlbumsModifier

  • Le Journal d'Henriette, éditions Fluide glacial puis Les Humanoïdes Associés :
    1. Le Journal d'Henriette, tome 1, 1988 ;
    2. Le Journal d'Henriette, tome 2, 1988 ;
    3. Le Journal d'Henriette, tome 3, 1991.

RécompenseModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Gaumer 2010, p. 412.
  2. a et b Thierry Groensteen et collectif, Primé à Angoulême : 30 ans de bande dessinée à travers le palmarès du festival, Éditions de l'An 2, (ISBN 2-84856-003-7).

Bibliographie et sourcesModifier

  • « Henriette », dans Patrick Gaumer, Dictionnaire mondial de la BD, Larousse, (ISBN 978-2-03-584331-9), p. 412.
  • Nicolas Rouvière, « Portrait de l'artiste en jeune fille : les métamorphoses d'Henriette », Neuvième art, no 15,‎ , p. 114-117