Le Géologue (Spitzweg)

tableau de Carl Spitzweg

Le Géologue (autre titre : Le Minéralogiste) est le nom d'une série de tableaux du peintre allemand romantique Carl Spitzweg (1808-1885), réalisée dans les années 1860.

Le Géologue
Image dans Infobox.
Artiste
Date
années 1860
Type
Technique
Dimensions (H × L)
36 × 45 cm
Mouvement
Romantisme tardif (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Collection
N° d’inventaire
G 832
Localisation

DescriptionModifier

Le tableau montre un homme, qui selon le titre du tableau est un géologue. Il est agenouillé devant une paroi rocheuse et tient dans chacune de ses mains une pierre, qui sont un peu plus grandes que ses mains. Il regarde plus précisément la pierre de sa main gauche ; il les a peut-être frappées l'une contre l'autre pour les casser. À sa gauche, on voit un piolet d'environ 70 à 80 cm de long.

Le géologue porte un pantalon bleu et un manteau rouge avec un col foncé ainsi qu'une épaisse écharpe beige, un chapeau brun et, en bandoulière sur le dos, une boîte d'herborisation verte.

Un monogramme se trouve en bas à droite.

Autres versionsModifier

Selon Günther Roennefahrt[1],[2] Spitzweg a peint quatre fois le sujet du Géologue :

  1. [Roennefahrt N ° 1418]: huile sur toile, 50 × 41,5 cm, datée de 1854, Galerie municipale de Pforzheim[3]
  2. [Roennefahrt N ° 1419]: huile sur toile, 48 × 27 cm, Collection Georg Schäfer, Schweinfurt
  3. [Roennefahrt N ° 1420]: huile sur toile, 44 × 34,5 cm, Musée Von der Heydt
  4. [Roennefahrt N ° 1421]: huile sur toile, 34,5 × 29 cm, version inachevée dans les détails

Hans Dietrich Lang[4] tient même une cinquième version comme possible. La deuxième version est une image miroir du sujet. Seule la première version est datée « 1854 ». Les autres ne sont pas datées, on ne peut que supposer qu'elles ont été peintes dans la seconde moitié des années 1850 ou dans les années 1860. Une autre source spécifie 1863[5].

Il existe aussi dans le catalogue raisonné une œuvre semblable à celle de Spitzwerg intitulée Le Géologue dans la grotte, datant de 1882.

Contexte et émergenceModifier

D'après Hans Dietrich Lang[4] il y avait à Peißenberg un ravin qui a servi de modèle. Spitzweg séjournait souvent à Peißenberg ː il a pris la décision de devenir peintre lors d'un séjour en maison de repos, en 1833.

ProvenanceModifier

La provenance du tableau n'est pas entièrement documentée : depuis 1863, il appartenait à W. Schauß à New York[1]• Ensuite, il a été acquis via la Galerie Heinemann à Munich[1] par Fritz Reimann (1862-1913) à Elberfeld[1]. À la mort de Reimann en  1913, il est devenu la propriété du Musée Von der Heydt.

ExpositionsModifier

  • 1929: Galerie de L'Étoile, Düsseldorf[1]
  • 2004: Musée Von der Heydt de Wuppertal[6]

BibliographieModifier

  • Uta Laxner-Gerlach: Catalogue des Peintures du 19ème siècle. Siècle. Éd.: Von der Heydt-Museum. Von der Heydt-Museum de Wuppertal, 1974, P. 224.
  • Günther Roennefahrt: Carl Spitzweg. Descriptif Répertoire de ses Peintures, les études à l'huile et à l'Aquarelle. F Bruckmann KG, Munich, 1960.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Laxner-Gerlach
  2. Provenienz: Stand 1960
  3. pz-news.de
  4. a et b Hans Dietrich Lang: Der Geologe bzw. der Mineraloge des Malers CARL SPITZWEG.
  5. Geschichte der Geologie: Kunst & Geologie: Carl Spitzwegs skurrile Typen.
  6. Carl Spitzweg zeigt Risse im Biedermeier.