Le Courrier des États-Unis

journal de langue française publié aux États-Unis au 19e siècle

Courrier des Etats-Unis
Image illustrative de l’article Le Courrier des États-Unis
Page de garde en 1878

Pays Etats-Unis
Zone de diffusion Etats-Unis et Canada et Europe
Langue Français
Périodicité hebdomadaire
Genre Presse généraliste, artistique, littéraire
Date de fondation 1828
Date du dernier numéro 1940
Ville d’édition New York

Le Courrier des États-Unis est un ancien journal politique et littéraire français, publié en français à New York, fondé par Félix Lacoste et financé par le prince Joseph Bonaparte, dont le premier numéro a paru le et le dernier en 1940.

Période bonapartiste (1828-1836)Modifier

Le Courrier des États-Unis est un journal d'expression française publié par des émigrants français à New York. En 1828, il est dirigé par Félix Lacoste[1] avec l'aide financière de Joseph Bonaparte (frère aîné de Napoléon 1er), résidant alors dans le New-Jersey. Le journal est d'abord de tendance bonapartiste : ses lecteurs sont souvent des bonapartistes ou des républicains exilés, tels le général François Antoine Lallemand ou l'homme politique Joseph Lakanal.

Après les journées révolutionnaires des Trois Glorieuses qui se déroulent en France fin , le Courrier fustige la nouvelle monarchie et le nouveau roi Louis-Philippe. Il les accuse de subtiliser les principes de la Révolution et d'oublier ce que le peuple français a fait pour elle. Le journal soutient alors que la famille Bonaparte serait le meilleur défenseur de la volonté de la nation.

Période orléaniste (1836-1848)Modifier

Après 1836, le Courrier devient la propriété du libraire français Charles de Bers. Celui-ci soutient pour sa part Louis-Philippe et infléchit la ligne éditoriale du journal en ce sens. En 1839, l'homme de lettres et homme politique Frédéric Gaillardet (1808-1882) acquiert à son tour le Courrier. Celui-ci exprime le vœu que le journal devienne avant tout "l'organe des populations franco-américaines". C'est à ce nouveau propriétaire que le journal doit sa première prospérité.

Période républicaine (1848-1852) et au-delàModifier

Lorsque les nouvelles de la Révolution de 1848 arrivent à New York, Gaillardet retourne en France afin de contribuer à la construction de la nouvelle république et de défendre ses opinions. Il cède le journal à Paul Arpin, un traducteur français du journal de Louisiane, L'Abeille de la Nouvelle-Orléans. Arpin lui imprime une ligne républicaine, hostile aux royalistes du Parti de l'Ordre et à Louis-Napoléon Bonaparte[2].

Fin 1851[3], le Courrier est cédé à Charles Lassalle (1817-1888)[4], originaire de Liège en Belgique, installé à New York avant 1846[5] et décédé à Green Cove Springs, en Floride[6]. Dans l'intervalle, ce propriétaire et éditeur s'associe à son gendre, Léon Meunier (1835-1895)[7], d'origine parisienne, qui en devient rédacteur en chef[8]. Le Courrier des États-Unis devient alors le plus important journal français publié à New York et le plus important journal franco-américain[9].

AbonnésModifier

Le journal paraît sans interruption jusqu'en 1940. En 1855, comptant 16 500 adhérents, il est distribué aux États-Unis, mais aussi du Québec au Rio de la Plata[10]. De 1854 à 1861, l'éditeur-adjoint en est le Français Régis de Trobriand[11], ensuite engagé dans l'armée du Nord au début de la guerre de Sécession.

Notes et référencesModifier

  1. Félix Lacoste, né le 10 mai 1795 à Paris, décédé le 14 novembre 1853 à Manhattan, New York, USA, à l'âge de 58 ans. Consul général de France, chevalier de la Légion d'honneur, époux de Émilie Hémart, inhumé à Brooklyn, New York, Green-Wood Cemetery.
  2. Paul Arpin (1811-1864), journaliste en France au Siècle et à L'Illustration, émigré en Louisiane en 1840, nommé en 1845 directeur de la section française de L'Abeille de la Nouvelle Orléans, éditeur du Courrier de 1848 à 1853 : cf. article en lien.
  3. William Howard Russell's Civil War : Private Diary and Letters, 1861-1862, lettre "March 25, 1861", p. 21, note 4, en lien sur books.google
  4. Fils de Pierre Joseph Charles Lassalle, pharmacien, Charles Marie Anne Joseph Lassalle est né le 28 octobre 1817 à Liège : Archives royales de Belgique, État civil province de Liège, Liège, vue 226/825, acte 1312, en lien
  5. Sa fille, Eliza Juliette Lassalle est née le 30 juin 1846 à Jersey City, New Jersey, cf Archives de Paris, 8e, V4E8732, vue 7/12, acte no 1008 : mention dans l'acte de son second mariage le 14 décembre 1897 à Paris, avec Benoit Fromenthal.
  6. Décédé le 27 janvier 1888 et inhumé au cimetière de Brooklyn, cf en lien. Mention du lieu de décès in The Sun, New York, 6 juin 1888, en lien
  7. Pierre Léon Gustave Meunier est né le 7 novembre 1835 à Paris, 4e : mention dans un relevé partenaire sur Filae. Archives départementales de Paris, 8e, vue 210/318, acte 1486 : il décède le 28 juillet 1895 à Paris, 8e, à l'âge de 59 ans. Il a épousé Eliza Juliette Lassalle le 20 octobre 1870 à Manhattan : mention en lien sur Familysearch.
  8. Mention dans Offenbach, Notes d'un musicien en voyage, 1877 : https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Offenbach__Notes_d_un_musicien_en_voyage_1877.djvu/183
  9. « Courrier des Etats-Unis (1828-1938) - Médias 19 »
  10. Anthony Grolleau-Fricard, Le Courrier des États-Unis entre France, États-Unis et Canada (1828-1851), Thèse de doctorat en Histoire, 2009, résumé en lien.
  11. « Régis de Trobriand et « Le Courrier des États-Unis », journal français de New York (1841-1865) », sur Persée, Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, 18-4, p. 574-588,

SourcesModifier