La Vénus au vison

film sorti en 1960
La Vénus au vison
Description de l'image Butterfield8 movieposter.jpg.

Titre original BUtterfield 8
Réalisation Daniel Mann
Scénario John O'Hara (roman)
John Michael Hayes
Charles Schnee
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 109 minutes
Sortie 1960


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Vénus au vison (BUtterfield 8) est un film américain réalisé par Daniel Mann, sorti en 1960, adapté du roman BUtterfield 8 (1935) de John O'Hara, lui-même inspiré de la mort de Starr Faithfull, un fait divers survenu en 1931.

SynopsisModifier

Gloria est la call-girl la plus élégante et la mieux payée de tout New York. Elle passe la nuit avec Weston Liggett pour qui elle éprouve un sentiment qu'elle ignorait jusque-là. Aussi est-elle choquée de l'argent qu'il lui propose. Pour se venger, elle décide de lui faire une farce et emmène le vison de l'épouse de Weston, la très riche Emily. Weston et Gloria se revoient et leur amour grandit. Gloria a complètement oublié l'histoire du vison mais Weston l'apprend et furieux, pense que Gloria s'est moquée de lui. Il rompt avec elle et de désespoir, Gloria se tue dans un accident de voiture. Weston décide de repartir à zéro.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

ScénarioModifier

Le roman dont s'inspire le scénario du film, BUtterfield 8 de John O'Hara, publié en 1935[1], est inspiré de la mort de Starr Faithfull, un fait divers survenu en 1931[2]. Le roman d'O'Hara est publié en français sous le titre Gloria (traduction d'Yves Malartic, 1947)[3], puis L'Enfer commence avec elle (2008, 2012)[4],[5]. O'Hara n'a pas participé à l'écriture de l'adaptation du film, qui ressemble peu à son roman et se termine par la mort de Gloria dans un accident de voiture, plutôt que par un suicide ou un homicide par noyade[6].

DistinctionsModifier

Autour du filmModifier

  • La capitalisation des deux premières lettres du titre original (BUtterfield 8) correspond à la façon de faire référence aux centraux téléphoniques de rattachement dans les préfixes des numéros de téléphone aux États-Unis jusque dans les années 1970.

Notes et référencesModifier

  1. (en) John O'Hara, BUtterfield 8, New York, Harcourt, Brace & Co., (ISBN 978-0-09-165170-1).
  2. (en) Matthew J. Bruccoli, The O'Hara Concern: A Biography of John O'Hara, University of Pittsburgh Press, (ISBN 978-0-8229-5559-7), p. 123-125.
  3. John O'Hara (trad. de l'anglais américain par Yves Malartic), Gloria : (Butterfield-8) [« BUtterfield 8 »], Paris / Londres / Sceaux, Morgan, , 389 p. (notice BnF no FRBNF32495087)
  4. John O'Hara (trad. de l'anglais américain par Yves Malartic ; révisée et augmentée par Benjamin Guérif), L'Enfer commence avec elle, Paris, Bernard Pascuito éditeur, , 311 p. (ISBN 978-2-35085-060-3 et 2-35085-060-9, OCLC 470731063, notice BnF no FRBNF41415816).
  5. John O'Hara (trad. de l'anglais américain par Yves Malartic), L'Enfer commence avec elle, Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche » (no 31924), , 314 p. (ISBN 978-2-253-12921-9 et 2-253-12921-6, OCLC 867626987, notice BnF no FRBNF43599693).
  6. (en) John Sutherland, Lives of the Novelists : A History of Fiction in 294 Lives, New Haven, Connecticut, Yale University Press, , 832 p. (ISBN 978-0-300-17947-7), p. 430.

Liens externesModifier