La Reconnaissance de Shâkountalâ

drame écrit par le poète indien Kâlidâsa

La Reconnaissance de Shâkountalâ (en sanskrit, Abhijñānaśākuntala) est un drame écrit par le poète hindou Kâlidâsa. C'est l'histoire du roi Dushyanta qui rencontra Shâkountalâ pendant une partie de chasse. Ils consommèrent leur relation, mais Dushyanta oublia Shâkountalâ en raison d'une malédiction lancée par Durvasa le sage. De plus, cette œuvre parle de la naissance de Bharata, l'ancêtre de la nation indienne.

Shâkountalâ se retourne pour regarder Dushyanta. Peinture de Raja Ravi Varma.

Conception du mariageModifier

Selon l'indianiste Jacques Dupuis, la pièce de théâtre est le reflet d'une évolution de la conception du mariage, le mariage gandharva, mariage contracté uniquement par consentement mutuel, sans rituels formels ni accord des familles, laissant la place à l'amour conjugal encadré par le consentement des familles[1]

PostéritéModifier

À partir du XIXe siècle, cette pièce a fait l'objet d'un engouement en Occident. Elle a été traduite par :

 
"Sakountala", sculpture en marbre de Camille Claudel, 1905, Musée Rodin, Paris.

Le thème de Shâkountalâ est reprise dans de nombreuses œuvres, notamment dans les ballets :

Mais aussi dans l’opéra de Franco Alfano et dans une sculpture de Camille Claudel.

Illustrations anciennes du mythe de Shâkuntalâ (IIe – Ier siècle av. J.-C.)

RéférencesModifier

  1. Jacques Dupuis, Histoire de l'Inde, 2e éd., Éditions Kailash, 2005, p.151

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notice complète et images de Vertumne et Pomone de Camille Claudel sur le site internet du musée Rodin