La Mort du cygne (ballet)

Ballet de Mikhail Fokine

La Mort du cygne
Image illustrative de l’article La Mort du cygne (ballet)
Anna Pavolva dans son costume de scène de La Mort du cygne, Buenos Aires, v.1928.

Genre ballet
Chorégraphe Michel Fokine
Musique Camille Saint-Saëns
Interprètes Anna Pavlova,Yvette Chauviré
Scénographie Léon Baskt
Durée approximative 3 minutes
Création 1905[1]
Saint-Pétersbourg, Russie

La Mort du cygne est un ballet de Michel Fokine créé en 1905 pour Anna Pavlova, inspiré du Cygne, treizième mouvement du Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.



CréationModifier

En 1905, Anna Pavlova demande à son partenaire du théatre Mariinsky, Michel Fokine, un conseil pour un solo qu'elle devra danser pour un gala au Théâtre du Cercle de la Noblesse de Saint-Petersbourg[2].

Michel Fokine lui propose la musique du Cygne, treizième mouvement du Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns. L'idée du cygne plaît à Anna Pavlova. Ce solo est créé en une journée. Michel Fokine improvise des mouvements et Anna Pavlova les corrige en les réinterprétant à sa manière[3].

Puis en 1907, ce ballet est présenté au théâtre Mariinsky dans le tutu recouvert de plumes et de paillettes dessiné par Léon Baskt pour Anna Pavlova. C'est souvent la date de cette représentation qui est retenu comme étant la date de création de ce ballet[2].

Résumé de l'argumentModifier

Un cygne vit ses derniers instants en luttant pour se redresser et battre des ailes, pensant pouvoir vaincre la mort. Il finit par s'allonger, posant sa tête entre ses ailes déployées sur le sol, vaincu par la mort mais digne[3].

Succès de l'œuvreModifier

Cette œuvre est immortalisée par l'incarnation d'Anna Pavlova qui, pour parfaire son geste, a étudié méticuleusement chaque mouvement d'un cygne. Elle dansera ce solo dans le monde entier et jusqu'à sa mort, faisant de ce ballet son titre de gloire[4].

Durant l'après-guerre, ce solo sera l'apanage de Maïa Plissetskaïa.

Dans ce ballet l'interprétation a une place importante car les pas de danse y sont d'une grande simplicité. Toutes les ballerines qui ont dansé ce solo, l'ont dansé d'une manière différente, en y réinventant à chaque fois l'interprétation[3].

La mort du cygne reste à ce jour l'une des œuvres les plus célèbres du répertoire académique.

NotesModifier

  1. Debra Craine et Judith Mackrell, « The Dying Swan », Oxford Dictionary of Dance, Oxford University Press, 2010, p. 146.
  2. a et b Fokine, Michel, 1880-1942., "The dying swan,", J. Fischer & Brother, [©1925] (OCLC 5030382, lire en ligne)
  3. a b et c Boisseau, Rosita,, Panorama des ballets classiques et néo-classiques, Textuel, impr. 2010 (ISBN 978-2-84597-397-8 et 2-84597-397-7, OCLC 708377901, lire en ligne)
  4. Testa, Alberto, 1922- ..., 100 grands ballets : un choix extrait du répertoire choreutique, Gremese, cop. 2008 (ISBN 978-88-7301-653-3 et 88-7301-653-7, OCLC 470947954, lire en ligne)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier