Ouvrir le menu principal
Léo Ambard
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Médecin et professeur d'université (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Faculté de médecine de StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata

Léon Joseph Ambard, dit Léo Ambard, né le à Marseille et mort à Paris le , est un médecin français, professeur à la Faculté de médecine de Strasbourg, spécialiste de néphrologie. Il est l'inventeur de la "constante d'Ambard", longtemps utilisé en clinique pour estimer la fonction rénale.

Aperçu biographiqueModifier

Il est interne des Hôpitaux de Paris, médecin en 1905, puis chef de laboratoire à la Faculté de médecine de Paris. Lors de la Grande guerre, il est médecin major de 2e classe (1916), Chef de service à l'Hôpital Mixte de Zuydcoote.

Appelé par Georges Weiss à Strasbourg, il est nommé professeur à la Faculté de médecine de Strasbourg. Il est élu membre correspondant non-résidant de l'Académie nationale de médecine le 20 mai 1930.

Œuvres et publicationsModifier

  • Travaux scientifiques, [S.l.], [s.n.], Texte intégral.
  • Les Rétentions chlorurées dans les néphrites interstitielles, 1905, G. Jacques (Paris), disponible sur Gallica.
  • Les Fièvres Paratyphoïdes B à l'Hôpital Mixte de Zuydcoote de décembre 1914 à février 1916, Paris, Librairie Félix Alcan, 1916
  • Physiologie normale et pathologique des reins, [3. éd., entièrement remaniée], Paris , Masson, 1931, 3 p. l., 502 p., 1 l., ill.
En collaboration
  • Le diabète et sa pathogénie, [avec la collaboration de Mlle S. Trautmann et de M. Daniel Kuhlmann], Masson et Cie (Paris), 1946, 1 vol., 162 p. ill., 25 cm.

ÉponymieModifier

  • Constante [uréo-sécrétoire] d'Ambard[1],[2]: rapport mathématique liant l'urémie avec le débit de l'urée dans l'urine (1910-1920). Elle est utilisée par les cliniciens pendant des dizaines d'années pour la surveillance de la fonction rénale, remplacée peu à peu par la "clearance de l'urée" (Van Slyke, 1920), puis de la "clearance de la créatinine".

BibliographieModifier

  • Pierre Boos: Nouvelle application des échelles logarithmiques au calcul de la Constante d'Ambard, [Extr. Gall. pharm. acta], [S. l], 1944, [7 p.] p.p. 70-76.
  • Henri Jahn; Jacques Héran, « Léo Ambard (1846-1962): de la "constante d'Ambard" à la direction de la médicale B », in: Histoire de la médecine à Strasbourg, Jacques Héran (coord.), La Nuée Bleue (Strasbourg), 1997 (2e  éd. rév.), p. 501-502.

Notes et référencesModifier

  1. « Constante d'Ambard », in: Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine (version 2015), Texte intégral en ligne
  2. « Constante urémique d'Ambard », in: Larousse médical illustré, [sous la dir. du Dr Galtier-Boissière; nouv. éd. entièrement refondue et augmentée par le Dr Burnier],Paris, 1924, p. 49, Texte intégral

AnnexesModifier