Ouvrir le menu principal

Krzysztof Piesiewicz

avocat et homme politique, scénariste
Krzysztof Piesiewicz
Krzysztof Piesiewicz VII kadencja Kancelaria Senatu.jpg
Krzysztof Piesiewicz (2010)
Fonction
Sénateur de Pologne
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Faculté de droit de l'université de Varsovie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Mère
Aniela Piesiewicz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Site web

Krzysztof Marek Piesiewicz (né le 25 octobre 1945 à Varsovie en Pologne) est un avocat, un scénariste et une personnalité politique de Pologne ; il est à l'heure actuelle membre du Sejm et dirige la Społeczny Ruch (RS) ou Parti du mouvement social. À partir de 1984 il devint le scénariste privilégié de Krzysztof Kieslowski[1].

BiographieModifier

Avocat des opposants au régimeModifier

Après avoir étudié le droit à l'Université de Varsovie, il commença à exercer en 1973. À la fin des années 1970, il s'impliqua de plus en plus dans les procès politiques en défendant des opposants au régime communiste, en exerçant les fonctions de conseiller juridique pour le syndicat Solidarność, et en contribuant avec succès à la poursuite en justice des meurtriers de Jerzy Popieluszko.

Rencontre avec le cinéaste Krzysztof KieslowskiModifier

En 1982, il rencontra le réalisateur Krzysztof Kieslowski qui avait l'intention de réaliser un documentaire sur les procès spectacles politiques en Pologne pendant la loi martiale. Piesiewicz accepta de l'aider, tout en doutant qu'on pût faire un film exact sur ce thème, étant donné les contraintes du système judiciaire. De fait, les deux hommes constatèrent que leurs présences au tribunal semblaient avoir influencé l'issue des procès dans un sens favorable aux accusés, ce qui rendait les abus judiciaires plus difficile à établir.

Aussi, Kieślowski décida de traiter plutôt la question par la fiction, et tous les deux collaborèrent pour la première fois comme dialoguistes dans le long métrage Sans fin, sorti en 1985.

Le cycle du décalogueModifier

Piesewicz revint à sa carrière d'avocat, mais resta en contact avec Kieslowski et, trois ans plus tard, le persuada de créer une série de films fondés sur les Dix Commandements. Ce cycle de dix films, Le Décalogue, s'inspirait de l'intérêt commun des deux hommes pour les dilemmes éthiques dans la vie sociale et politique contemporaine. Il reçut, lors de sa diffusion internationale dans les années qui suivirent, les compliments de la critique dans le monde entier.

Une collaboration fructueuseModifier

Ils collaborèrent par la suite pour La Double Vie de Véronique ainsi que Trois couleurs : Bleu, Trois couleurs : Blanc et Trois couleurs : Rouge, films centrés sur des questions métaphysiques liées notamment aux choix personnels. Ces fictions étaient relativement apolitiques, bien que la série des Trois couleurs soit fondée sur l'idée de Piesiewicz de s'inspirer des idéaux politiques français de liberté, d'égalité et de fraternité. De la même façon, ils avaient trouvé dans le Décalogue une source d'inspiration pour le cycle de films éponyme.

Piesiewicz a donc été crédité comme codialoguiste pour tous les projets de Kieślowski à partir de Sans fin (1985). La trilogie Ciel-Enfer-Purgatoire sur laquelle ils avaient travaillé ensemble fut en partie réalisée par d'autres metteurs en scènes après la mort de Kieślowski : Heaven (2002), par Tom Tykwer et l'Enfer (2005), par Danis Tanovic.

Piesiewicz à aussi coécrit, avec Michał Rosa, le film Silence, réalisé par ce dernier en 2001.

Krzysztof Piesiewicz travaille ensuite sur un triptyque : La Foi, l’Espérance et l’Amour[2]. L'Espérance a été réalisé en 2007 par Stanislaw Mucha.

Carrière politiqueModifier

La carrière de Piesiewicz dans la politique électorale commença en 1989, quand il a commença à travailler dans le « Mouvement social pour l'Alliance électorale Solidarité » (AWS RS), parti qui était à l'origine l'aile politique du syndicat Solidarność et le principal parti dans la coalition de centre-droite AWS. En 1991, il fut élu au Sénat polonais, y siégea pendant deux ans, puis y revint en 1997. En 2002, RS AWS changea son nom en RS et élut Piesiewicz à sa tête. Depuis 2001, cependant, la coalition AWS et RS n'ont joué qu'un rôle négligeable dans la vie politique nationale de la Pologne.

FilmographieModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Vincent Amiel, Kieslowski, 1995, Payot et Rivages, p.55 et 88
  2. Site Notreeurope.eu - Rencontre européenne n°13 - Interview de Piesiewicz