Klara Buda

Klara Buda, née le à Elbasan en Albanie, est une romancière, essayiste et journaliste française d'origine albanaise.

Klara Buda
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
ElbasanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités

BiographieModifier

En 1997, après des études de Littérature Moderne à la Sorbonne, puis l’Histoire de l’Art à École pratique des hautes études de Paris, Klara Buda débute comme pigiste à la BBC et puis à Radio France internationale dans le service de diffusion en langue albanaise. Elle travaille dans la Division de la Communication CII/COM, UNESCO en 1998, et à partir 1999 devient journaliste spécialisé à RFI et chef d’édition en 2005. Elle est nommée rédactrice en chef en 2006 et a dirigé la rédaction albanaise de RFI jusqu’au 2010.

Son premier roman, Chloroforme[1], est marqué par les questions d’identité et d’exploration du rôle des individus libres dans les systèmes totalitaires. Elle y décrit ce qu’elle appelle « des îlots de liberté intérieure », qui varient d’un individu à l’autre mais qui aident chacun d’entre eux à survivre, malgré la dictature. Diplômée de l’Histoire de l’Art et de Médecine Vétérinaire son écriture sonde les relations entre l’humain et l’absence de l’humain. Ses personnages sont souvent des individus qui se déchirent entre leurs aspirations humanistes et leurs pulsions animales.

Klara Buda a mené une recherche universitaire[2] sur l'oevre de Mitrush Kuteli (1907-1967) l'un des prosateurs les plus célèbres de la littérature albanaise qui fut frappé d'interdiction de son vivant. On lui doit ainsi la traduction française de Mon village sait boire le raki (récit) et une biographie. Son travail sur Dhimitër Pasko, connu sous son nom de plume Mitrush Kuteli, apporte une analyse nuancée sur cet auteur, quant à sa technique du récit court, destiné à être conté, en s'attachant particulièrement à l'art de "l’écrit comme on parle", comme origine de l’écriture radiophonique, telle qu'elle l'a enseignée à des dizaines de jeunes journalistes radio à Skopje, Ohrid et Tirana[3].

En 2010 RFI, lui accorde un financement pour étudier Creative writing aux États-Unis. Elle étudie l'écriture de scénarios et travaille en collaboration avec Truby's writer studio à Los Angeles, dans un projet de scenario de fiction sur son roman Kloroforme. En 2011, elle fonde à New York, Beratinus Studio, Tv and Film Production et en 2013, KlaraBudaPost.com, un journal en ligne pour promouvoir le journalisme éthique et citoyen.

Notes et référencesModifier

  1. Halil Matoshi, « UNE GÉNÉRATION PERDUE. Sous anesthésie », sur Courrier international, hebdo, (consulté le )
  2. Klara Buda, La biographie littéraire de Mitrush Kuteli et traduction du récit "Mon village sait boire le raki", Paris, , 129 p. (lire en ligne)
  3. talentplusfr

Liens externesModifier