Kenkichi Ueda

militaire japonais

Kenkichi Ueda
植田 謙吉
Kenkichi Ueda

Naissance
Drapeau du Japon Préfecture d'Osaka
Décès (à 87 ans)
Origine Japonais
Allégeance Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon
Grade Général
Années de service 18701911
Commandement Drapeau de l'armée impériale japonaise Armée impériale japonaise
Conflits Intervention en Sibérie
Conflits frontaliers soviéto-japonais
Seconde guerre sino-japonaise

Kenkichi Ueda (植田 謙吉, Ueda Kenkichi?)), né le dans la préfecture d'Osaka et mort le , est un général de l'armée impériale japonaise qui joua un rôle actif dans les conflits frontaliers soviéto-japonais de la fin des années 1930.

BiographieModifier

Né dans la préfecture d'Osaka, Ueda est diplômé de la 10e promotion de l'Académie de l'armée impériale japonaise en 1898, et de la 21e promotion de l'École militaire impériale du Japon en 1908. Il est affecté à la IXe brigade de cavalerie de la XVIIIe division de l'armée impériale, puis est transféré à la XVIe division. Il sert dans le corps expéditionnaire déployé par les Japonais en Sibérie en 1918, puis est promu au grade de colonel l'année suivante. Commandant d'un régiment en 1923, Ueda est promu major-général en 1924 et est affecté en tant que commandant à la IIIe brigade de cavalerie. Promu au grade de lieutenant-général en 1928, Ueda devient l'année suivante commandant en chef de l'armée japonaise en Chine jusqu'en 1930. Entre 1930 et 1932, il est commandant de la IXe Division. À ce poste, ses troupes sont impliquées dans la plupart des combats contre les forces chinoises pendant l'invasion japonaise de la Mandchourie. Ueda perd une jambe le à Shanghai, dans une attentat à la bombe mené par le nationaliste coréen Yoon Bong-gil, attentat dans lequel est tué le supérieur de Ueda, le général Yoshinori Shirakawa.

Ueda retourne ensuite au Japon et est affecté comme officier d'état-major à l'état-major général de l'armée impériale japonaise, avant d'être promu au poste de vice-chef d'état-major de 1933 à 1934. En 1934, Ueda devient le commandant en chef de l'armée japonaise de Corée ( - ). C'est à ce poste qu'il est promu au grade de général. En , Ueda revient au Mandchoukouo en tant que commandant en chef de l'armée du Kwantung. Après l'échec de la campagne contre l'URSS menée lors de la Bataille de Halhin Gol (mai-), il est rappelé au Japon en .

En 1939, il occupe encore le poste d'ambassadeur du Japon au Mandchoukouo et est membre du Conseil supérieur de la guerre, mais son échec a signé la fin de sa carrière. Rapidement mis à la retraite, il traverse la seconde guerre mondiale sans occuper de fonctions militaires, et décède en 1962.

IdéologieModifier

Ueda est un fervent partisan du « groupe d'attaque vers le nord » ou Hokushin-ron qui considère d'une part que le principal ennemi du Japon est le communisme et d'autre part que le destin du Japon est conditionné par la conquête des ressources naturelles du nord du continent asiatique. Ces deux visions soutiennent donc une poussée impériale japonaise contre la Mandchourie, la Chine et l'URSS.

À son poste, Ueda soutient fermement les actions agressives initiées par les officiers de la frontière du Mandchoukouo avec l'URSS et la République populaire de Mongolie conduisant à de violents combats et de lourdes pertes contre les forces soviétiques, d'abord lors de la Bataille du lac Khassan, puis lors de la Bataille de Khalkhin Gol entre mai et .

Malgré les résultats désastreux des combats contre les forces soviétiques, Ueda reste inflexible dans son soutien à la politique Hokushin-ron.

Notes et référencesModifier

LivresModifier