Karl Hamann

personnalité politique allemande

Karl Hamann
Illustration.
Karl Hamann en 1950
Fonctions
Ministre du Commerce et du Revenu
de la République démocratique allemande
Président Wilhelm Pieck
Premier ministre Otto Grotewohl
Gouvernement gouvernement Grotewohl
Coalition Front national de l'Allemagne démocratique
Prédécesseur Nouvelle fonction
Successeur Curt Wach
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Hildesheim (Empire allemand)
Date de décès (à 70 ans)
Lieu de décès Munich (Allemagne de l'Ouest)
Nationalité est-allemande
Parti politique Parti libéral-démocrate
Diplômé de Université de Bonn
Profession fermier

Karl Hamann, né le à Hildesheim et mort le à Munich[1], est un homme politique libéral est-allemand. Il est ministre du Commerce et du Revenu en République démocratique allemande (RDA) d' à , avant d'être destitué et emprisonné pour avoir « planifié le sabotage du bien-être du peuple » (planmäßige Versorgung der Bevölkerung sabotiert)[2].

Après l'obtention d'un doctorat en sciences agricoles à l'Université de Bonn en 1933, il s'établit comme fermier à proximité de Hildburghausen, en Thuringe. En 1931, il est devenu membre du Parti social-démocrate, mais la vie démocratique de l'Allemagne cesse avec l'instauration du nazisme en 1933. À la libération en 1945, la Thuringe se trouve dans la zone d'occupation soviétique en Allemagne. La vie politique reprend ; Hamann rejoint en 1946 le Parti libéral-démocrate (LDP), et est élu député au Parlement de Thuringe. En 1948, il devient président de la branche du parti en Thuringe. Début 1949, il succède à Wilhelm Külz à la tête du LDP, conjointement avec Hermann Kastner[1],[2].

Avec la proclamation de la RDA en octobre, Hamann est nommé ministre du Commerce et du Revenu, dans le cadre d'un gouvernement de coalition nationale dirigé par Otto Grotewohl et le Parti socialiste unifié (SED, communiste). La vie politique dans le nouvel État est-allemand s'organise autour d'un multipartisme de façade, où le nombre de sièges attribué à chaque parti à la Chambre du peuple est décidé par avance dans le cadre d'une liste de candidats unique, permettant au SED de dominer la coalition. Hamann s'oppose, en privé, à la pérennisation de ce système de liste unique pour les élections législatives de 1950, qui ne permettent pas au LPD de faire campagne indépendamment de la coalition. Il exprime également, en privé, son opposition à l'adoption formelle par la RDA du statut d'« État socialiste » en 1952. Comme la plupart des membres du LPD, il espère toujours une réunification de l'Allemagne comme démocratie libérale. À mesure de ces événements, le LPD « glisse de plus en plus à droite »[1].

En , cet opposant interne au gouvernement en est expulsé, accusé d'avoir délibérément failli à ses fonctions de ministre, et arrêté. Il est condamné à dix ans de prison, mais libéré en . En , il quitte le pays et s'établit en Allemagne de l'Ouest, où il n'exerce aucune activité politique. Il décède seize ans plus tard[1],[2].

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d (de) « Biographie »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Karl-Hamann-Stiftung für liberale Politik im Land Brandenburg
  2. a b et c (de) Biographie, Bundesstiftung zur Aufarbeitung der SED-Diktatur