Joseph von Quarin

médecin autrichien

Joseph von Quarin (Joseph Quarin ou encore Joseph de Quarin) né le à Vienne et mort le dans la même ville est un médecin et entomologiste autrichien.

Joseph von Quarin
Image dans Infobox.
Portrait de Joseph von Quarin en 1722.
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
VienneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine

BiographieModifier

Joseph von Quarin est un élève brillant : à 15 ans il est docteur en philosophie[1] et trois après, en 1751, docteur en médecine de l'Université de Fribourg. Ses connaissances sont reconnues et il est nommé professeur d'anatomie et de matière médicale à l'Université de Vienne de 1754 à 1756)[2]. Il est alors choisi comme premier médecin et directeur de l'hôpital des Frères delà Miséricorde. En 1758 l'impératrice Marie-Thérèse, lui donne le titre de conseiller du gouvernement, et il est chargé de l'administration sanitaire des provinces de la Basse-Autriche. Ses écrits le font connaître à l'étranger et il est beaucoup traduit. Ainsi on peut lire dans le journal de médecine de France : "...M. Sainte-Marie s'est avantageusement associé au premier traducteur de Quarin; ils auront à eux deux le mérite d'avoir fait passer dans notre langue deux ouvrages dont l'utilité est aujourd'hui assez généralement sentie, et dont la traduction était indispensable..."[3]. Il voyage en Allemagne, en France, en Angleterre, en Belgique où ils rencontrent des médecins, visite des hôpitaux et complète ainsi son expérience et ses connaissances. Sa grande réputation le fait choisir pour être premier médecin de Sa Majesté Impériale Joseph II. Ce dernier le nomme baron de l'empire. Six fois il est désigné recteur de l'Université de Vienne.

Lorsqu'il meurt, en 1814, il a 80 ans.

PublicationsModifier

  • Traité des fièvres et des inflammations Ouvrage traduit du latin sur l'édition de Vienne de 1781, avec des notes du traducteur, J.-B. Emonnot, Paris, 1799, ed. Logerot-Petiet, Rémont, t1, 290 p. t2 378 p. lire en ligne sur Gallica
  • Observations pratiques sur les maladies chroniques, traduit du latin de l'édition originale de 1786 par Étienne Sainte-Marie, Paris, 1807, Éd. Crochard, 352 pages

Notes et référencesModifier

  1. « Notice sur J.-L.-B. De Quarin, premier Médecin de lueurs Majestés Impériales et Royales l'Empereur et VImpératrice d'Autriche. », Annales belgiques des sciences, des lettres et des arts, Volume 6 ed. de Goesin-Verhaeghe, 1820,‎ , p. 214-219
  2. A.C. , A. Dechambre dir., Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales. Troisième série, Q-T. Tome premier, QUA-RAD, Paris, P. Asselin, , 818 p. (lire en ligne sur Gallica), p. 172
  3. Observations pratiques sur les maladies chroniques, par Joseph Quarin Journal général de médecine, de chirurgie et de pharmacie françaises et étrangères, Volume 29, 1807 p. 326

Liens externesModifier