Joseph-Eugène Lacroix

architecte français

Joseph-Eugène Lacroix, né à Paris le et mort au Vésinet le 30 , est un architecte français.

Joseph-Eugène Lacroix
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
Le VésinetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Fratrie
Autres informations
Maître
Archives conservées par
Archives nationales (F/19/7231)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Fils d'un domestique de la reine Hortense (mère du futur Napoléon III) qu'il a suivie dans son exil suisse au château d'Arenenberg, Joseph-Eugène Lacroix a des liens dès sa naissance avec la famille impériale, d'autant plus que sa sœur Hortense n'est autre que la filleule de la reine et sa secrétaire. Après la mort du père de Joseph-Eugène, sa mère devient gouvernante du Palais Ruspoli, à Rome, ville où Joseph-Eugène Lacroix fera ses études.

En 1834, Hortense Lacroix épouse le peintre Sébastien Cornu qui permettra à son beau-frère de réaliser la mairie du 6e arrondissement de Paris en 1845 et la restauration de l'église Saint-Germain de Vitry-sur-Seine en 1846.

La prise de pouvoir de Napoléon III, dont il est un familier, fera sa fortune. En 1851, la restauration de l'église de Saint-Leu-Saint-Gilles à Saint-Leu-la-Forêt qui abrite alors les tombes de Charles-Marie Bonaparte (père de Napoléon Ier) ainsi que celle de Joseph Bonaparte, éphémère roi de Naples puis d'Espagne, lui est confié.

Il est ensuite nommée collaborateur de Louis Visconti au palais des Tuileries avant de devenir architecte du palais de l'Élysée en 1852. Il y reconstruit les dépendances, restaure les salons, isole le palais à l'ouest en perçant la rue de l'Élysée. Il y fait également bâtir l'actuel portail d'entrée avec son porche en forme d'arc de triomphe. La même année, il restaure l'église Saint-Pierre-Saint-Paul de Rueil-Malmaison qui abrite les corps de l'impératrice Joséphine et de sa fille la reine Hortense.

A partir de 1863, l'éditeur belge homonyme Albert Lacroix lui confie la mission d'édifier un hôtel et des villas surplombant la plage de Saint-Enogat, à Dinard.

En 1870, il est nommé architecte diocésain à Viviers.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier