Joan Martin

Joan Martin
Titre Comtesse de Lincoln
(1310 - 1311)
Autre titre Baronne Audley
(1313 - 1316)
Biographie
Décès av. 27 octobre 1322
York
Père William Martin
Mère Eleanor FitzPiers
Conjoint Henry de Lacy
Nicholas Audley
Enfants James Audley

Joan Martin (décédée avant le ) est une femme de la noblesse anglaise du XIVe siècle.

BiographieModifier

Joan Martin est la deuxième fille de William Martin, 1er baron Martin, et de son épouse Eleanor FitzPiers. Elle est mariée le à Henry de Lacy, 3e comte de Lincoln et récemment veuf de sa première épouse Marguerite de Longue-Épée. Les deux fils que le comte a eus de sa femme Marguerite sont morts en bas âge et il n'a qu'une seule héritière, sa fille Alice, épouse de Thomas de Lancastre, 2e comte de Lancastre. Bien qu'âgé d'environ 60 ans, Henry de Lacy espère produire un nouvel héritier grâce à son second mariage, mais il meurt dès le [1].

En dépit de sa brève union avec le comte de Lincoln, Joan Martin reçoit dès le un douaire important, qui inclut notamment des possessions dans le Nottinghamshire. Le roi Édouard II lui accorde également le le droit de se remarier avec Raoul de Monthermer, 1er baron Monthermer. Toutefois, Joan convole rapidement avec Nicholas Audley, 1er baron Audley, sans l'autorisation royale. En représailles, le roi fait saisir son douaire le et, en dédommagement, condamne Joan à verser une amende de 900 marcs à Monthermer le de la même année. Joan se retrouve toutefois veuve dès le et assure la gestion des biens de son seul fils, James.

Au cours du mois de , Édouard II écrase une rébellion conduite par Thomas de Lancastre. Au même moment, Joan Martin et sa belle-fille Alice de Lacy sont arrêtées à Tutbury par les troupes royales. Le roi désire en effet neutraliser les possessions d'Alice[2], qui vient de perdre son époux Thomas, exécuté pour haute trahison. Cependant, les raisons de l'arrestation de Joan demeurent encore obscures. Peut-être le roi a-t-il agi par vengeance, car il avait accusé en 1318 Joan de « manigances pour contrecarrer » l'audience d'une affaire judiciaire. Il fait également piller le château de Heighley[3], qu'elle administre à ce moment-là au nom de son fils. Quelles que soient les raisons de son incarcération, Joan meurt en captivité à York quelques mois plus tard, en [4].

RéférencesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier